Le rôle des organisations de travailleurs dans l'intégration des migrants (réfugiés) dans la société et sur le marché du travail

Du 26 au 28 janvier 2018, un groupe de travail s’est réuni à Fátima, autour du thème « Le rôle des organisations de travailleurs dans l'intégration des migrants (réfugiés) dans la société et sur le marché du travail », organisé par FIDESTRA (Associação para a Formação, Investigação e Desenvolvimento Social dos Trabalhadores), avec l’aide financière d’EZA et de l’Union européenne. Le groupe de travail faisait partie de la coordination du projet d’EZA ayant trait au thème « L’Intégration des migrants et des réfugiés sur le marché du travail – Le rôle des organisations de travailleurs ». Quatre-vingt-cinq représentants d'organisations de travailleurs du Portugal, d'Espagne, d'Italie, de Belgique, de France, des Pays-Bas, de Lituanie, de Slovaquie, de Pologne et d'Autriche ont participé au groupe de travail.

Leur but était d'analyser l'intégration des immigrants et des réfugiés dans les sociétés d'accueil, car il s'agit d'un processus complexe et multiple.

Les réfugiés en grand nombre et la recherche de l’Europe, principalement des pays dont l'économie permet plus de prospérité, représente un problème supplémentaire pour les relations complexes multiculturelles et politiques qui sont présentées et analysées dans le réseau d’EZA des organisations.

En tant qu’organisations de travailleurs, il est également important de tenir compte des préoccupations communes et de partager, en particulier l'activité non réglementée dans certaines zones de travail et les mauvaises conditions de rémunération dans la construction, la restauration et l'hôtellerie, ainsi que dans l’emploi d’aides ménagères.

Nous avons essayé d'identifier le cadre des relations industrielles des immigrants et des réfugiés en identifiant les comportements et les attitudes des organisations professionnelles (et des employeurs), des syndicats et de l'État; et d’évaluer l'intégration professionnelle de ce groupe, dont le nombre et la composition augmentent, ainsi que le processus d'intégration sociale et professionnelle des réfugiés dans l'UE, comme au Portugal.

La surveillance des politiques d'immigration et le recrutement de la main-d’œuvre, en particulier les canaux légaux d'immigration, doivent être une préoccupation pour les politiciens et les organisations représentative de travailleurs. Il était donc important et nécessaire d'évaluer l'efficacité des mesures précédemment adoptées et des mesures prévues dans le cadre réglementaire actuel afin de mieux les appliquer à l'avenir.

Nous savons qu'aujourd'hui, en Europe, la migration, et en particulier l'accueil des réfugiés, est l'un des problèmes les plus problématiques dans le cadre du dialogue social européen.

Nous reconnaissons que l'absence de politique commune concertée est la clé du racisme et de la xénophobie promus et exploités par les secteurs extrémistes de nos sociétés. Il est donc important d'intégrer les leaders politiques qui peuvent démystifier les mythes et les préjugés entourant cette question dans le débat.

Cependant, afin de pouvoir contrecarrer ces effets négatifs et corriger cette image déformée de la migration, il a été jugé important de mieux faire connaître les organisations de travailleurs et de sensibiliser les travailleurs, ainsi que d'alerter les syndicats pour qu’ils veillent à ce que les mécanismes nécessaires soient introduits pour réduire ces préjugés.

Ce groupe de travail, ainsi que la discussion objective sur ce soutien, ont développé une conscience pratique de cette question et encouragé les centres des travailleurs participants à s'impliquer dans cette question, à développer des réseaux et des consortiums de formation ainsi que des mesures pour l’intégration efficace des travailleurs migrants sur le marché du travail et l’intégration sociale des réfugiés.

La paix sociale en Europe, la cohésion et la consolidation du projet européen signifient aussi que et comment l'Europe actuellement fragmentée dans cette question peut traiter ce problème.

La méthodique de travail s'est concentrée sur les circonstances locales avec la visite du centre d'accueil de l'Organisation des réfugiés (CPR) à Lisbonne Loures, par laquelle le groupe de travail a commencé. La CPR est une organisation indépendante et pluraliste à but non lucratif, inspirée par une culture humaniste de tolérance et de respect de la dignité des autres peuples. Son objectif principal est de promouvoir une politique d'asile plus humaine et plus libérale aux niveaux national et international. C'est le « partenaire opérationnel » de l’UNHCR pour le Portugal. Le 12 décembre 2000, le Parlement portugais a décerné au CPR le « Prix des droits de l'homme ».

Grâce à cette visite, il a été possible d'informer les participants du groupe de travail sur les travaux du CPR et d'apprendre sur place en quoi consistaient les bonnes pratiques du Portugal dans le domaine de la politique d'asile.

Rafael Rodriguez Ponga, président de la Plate-forme internationale pour la coopération et la migration (IPCM), s’est axé sur l'importance de l'intégration, la forme accueillante de l'humanisme et dans le domaine de la société civile, dans la paix et l'État de droit (la démocratie, la primauté du droit et des droits de l'homme).

Piergiorgio Sciaqua, coprésident de EZA, a souligné les questions de souveraineté, le concept de tolérance/d’intolérance, les valeurs de Benoît XVI, la question du dialogue, le pilier social européen, le relativisme/l'ego individualiste et la fin des illusions idéologies.

Parmi les tables rondes, nous soulignons : l'intégration des migrants sur le marché du travail avec les organisations suivantes : NKOS - Slovaquie; LPSS – Lituanie ; IPCM ; NSZZ Solidarnosc – Pologne ; Fundacja Nowy Staw - Pologne; EUROMF – Belgique ; Feder-Agri – Italie ; MCL – Italie ; CFTC – France ; CEAT – Espagne ; USO - Espagne, FLC – Italie ; ainsi que CIFOTIE ; LOC et FIDESTRA - Portugal.

- NKOS – Slovaquie : l’'organisation ne soutient pas un niveau élevé d’aide financière aux migrants, mais plutôt l’accès au marché du travail (après avoir obtenu le statut de réfugié). Ils ont aidé le pays voisin, l'Autriche, à cause de l'afflux important de réfugiés, mais ce soutien était temporaire. Ils ont offert 500 bourses pour les étudiants syriens. Ils ont soutenu des migrants réfugiés venus d'un monastère en Syrie et se sont préparés à leur admission et à l'apprentissage de la langue slovaque avant même qu'ils ne soient admis en Slovaquie. Peu de migrants aidés sont retournés en Syrie, seulement des personnes âgées ou avec certaines limitations qui les ont empêchés de s'adapter. On argumente qu'une organisation commune, une plate-forme de coopération avec les pays tiers, devrait être établie afin que, par exemple, les migrants puissent être préparés/formés avant d'entrer dans l'UE.

- LPSS – Lituanie : en ce qui concerne le mouvement des migrations en Lituanie, il existe deux groupes de migrants :

a) - Les immigrés titulaires d'un visa ou d'un visa d'affaires/permis de travail, principalement des personnes déplacées travaillant par exemple pour des sociétés belges ou d'autres sociétés multinationales. Leur organisation essaie d'informer/de sensibiliser les travailleurs afin qu'ils soient informés de leurs droits/obligations. Ils soutiennent principalement les chauffeurs de camions qui transfèrent leur travail. Cependant, les syndicats ne peuvent pas soutenir autant de personnes qu'il le faudrait. Ils ne représentent que 10 % des actifs, principalement à cause des préjugés qui subsistent à l'égard des syndicats.

(b) - Les réfugiés, qui arrivent souvent illégalement en Lituanie, augmentent le nombre de migrants en provenance de la Biélorussie voisine et d'autres pays proches de la frontière. Il y a des gens qui travaillent légalement mais qui ne sont pas syndiqués parce qu'ils ont peur de perdre leur emploi. Le porte-parole a également mentionné qu'ils recevaient également de nombreux migrants, le résultat du quota de réfugiés de l'UE. Ils perçoivent environ 600 €/mois, avec le salaire minimum en Lituanie qui est de 400 €/mois.

PICM : le but de la plate-forme est de soutenir la réflexion, l'étude/la recherche sur le sujet et de favoriser le dialogue entre les institutions. Une grande partie du travail est réalisée à travers des plateformes en ligne, principalement développées par le Portugal, l'Espagne, la Grèce et l'Italie. À son avis, il est extrêmement important d'être conscient que personne ne doit être laissé seul pour résoudre ce problème. Par conséquent, la plate-forme se concentre sur l'aide immédiate et les changements de politique.

NSZZ Solidarnosc – Pologne : premièrement, la Pologne était toujours prête à accepter les réfugiés, a souligné le conférencier, et il est également important de prendre conscience de la voie suivie par la Pologne. Solidarnosc a aidé la population après la Seconde Guerre mondiale et a reçu un prix en Pologne. Selon lui, la Pologne et son peuple ont été une exception pendant la guerre et cela caractérise leur pays : environ 12 millions de Polonais vivent à l'étranger, dont beaucoup sont des réfugiés qui ont quitté leur pays pendant la guerre. Dans les années 1980, beaucoup sont revenus pour des raisons économiques et dans la génération actuelle, environ 2,5 millions de jeunes ont été forcés de chercher du travail à l'étranger. Certains sont de retour maintenant, peut-être grâce à des changements politiques et à des réformes positives du marché du travail. Solidarnosc. La Pologne a toujours été très favorable aux réfugiés, même au moment de la crise en Tchétchénie et en Ukraine, où la guerre est encore largement ignorée. Environ 1 800 000 citoyens ukrainiens, biélorusses et moldaves vivent en Pologne, ce qui témoigne du soutien et de la culture d'accueil de la Pologne. Le gouvernement local fournit une aide significative en Syrie, y compris par le biais de Caritas Pologne, avec des actions du programme d'assistance mutuelle entre les familles des deux pays. Il a également déclaré que tout migrant qui travaillait légalement en Pologne pouvait compter sur le soutien de Solidarnosc, tels que les travailleurs de la marine. À Gdansk, il a été convenu que la plate-forme de la formation et la plate-forme de la migration devraient travailler plus étroitement ensemble pour mieux soutenir les enfants migrants.

Fundacja Nowy Staw – Pologne : le représentant de la Fondation a déclaré qu'à Lublin, ils avaient installé de petits centres accueillant des migrants de différents pays. Ils ont lancé un projet de deux ans dans lequel ils ont soutenu et contribué à l'adaptation d'étudiants de Russie, de Tchétchénie et même d'Asie. Afin de faciliter ce processus, un travail a été réalisé pour promouvoir les compétences sur le marché du travail (fonctionnement du marché du travail polonais, droits, devoirs, etc.) et a enseigné environ 120 heures de polonais pour intégrer les migrants. Ce programme incluait également des visites de sites historiques et des conseils personnels sur la recherche d'emploi, les documents de candidature, etc. Les bénéficiaires de ce programme étaient très réceptifs à l'enseignement des langues, mais leur participation aux événements historiques et culturels était moins réussie.

EUROMF – Belgique : le représentant de EUROMF a d'abord présenté le projet Interreg qui est basée sur la constatation d'un grand afflux de réfugiés en Belgique et la difficulté d'intégration sur le marché du travail qui y est liée. Il estime qu'il est extrêmement important de promouvoir une véritable intégration et de surmonter les difficultés découlant des craintes d'actes terroristes ; le programme « Into Care to Be Careless » (prise en charge sans sanctions), qui inclut le soutien des réfugiés à travers la promotion des compétences en tant que prestataires de services et donc l'intégration sur le marché du travail, remplit ces fonctions. Pour y parvenir, les barrières linguistiques, culturelles et sociales doivent être éliminées. Ce projet vise à créer une intervention réellement intégrée qui sensibilise et responsabilise les employeurs eux-mêmes. Une partie des activités sera : des classes de néerlandais qui assument et exécutent ces tâches, des informations sur les droits et les obligations et le développement des compétences spécifiques sont fournis, toujours accompagnés des tuteurs/volontaires. Le projet a débuté en Octobre 2017 et continuera d'être actif dans un certain nombre de domaines, notamment grâce à des investissements dans la formation qui permettent aux réfugiés d'apprendre à connaître les véritables habitudes de vie des familles flamandes et aider ainsi les employeurs et la population en général à comprendre et à accepter la diversité.

Feder-Agri – Italie : la conférencière a d'abord mentionné qu'elle était très heureuse de visiter le centre d'accueil de Lisbonne dans le cadre de ce séminaire. À son avis, il conviendrait de savoir quel est le pourcentage de personnes qui sont intégrées dans la société et sur le marché du travail, parce que si elles se sentent bienvenues mais si elles ne s’intègrent pas, elles peuvent créer un problème encore plus grand. En ce qui concerne la situation en Italie, les débarquements persistants de migrants se poursuivent, les mineurs sont dirigés vers les centres d'accueil, puis admis jusqu'à ce qu'ils reçoivent des documents de travail légaux. Pendant ce temps, les demandeurs d'asile reçoivent une formation professionnelle et apprennent la langue italienne pour améliorer leur accueil. Pendant cette période de formation, Feder-Agri est impliqué, ce qui a créé une rencontre entre l'offre et la demande de travail. Il faut travailler pour combattre l'ignorance et la discrimination. En ce sens, il a également remercié le MCL pour son aide.

CFTC – France : dans un premier temps, il a été noté que la France traitait depuis longtemps le problème de l'immigration, notamment dans les pays du Maghreb. La France est le cinquième pays à accueillir des migrants, a reçu environ 50 000 demandes d'asile, la plupart d'entre elles venant de la communauté syrienne, et 26 000 ont été acceptées. Pour faciliter le processus, le Président Macron s'est engagé à répondre à la demande d'asile dans un délai de six mois. La CFTC a rencontré les autres syndicats et a défini qu'ils financeraient des cours de français pour les immigrés dans le but de réduire le chômage.

CEAT – Espagne : le représentant a déclaré que le CEAT était une organisation indépendante à but non lucratif dédiée aux études, à la recherche et aux travailleurs de tous les secteurs. Le CEAT n'intervient pas directement auprès des réfugiés, mais il travaille et soutient les travailleurs migrants économiques qui viennent en Espagne, etc. Avec la première vague de migrants d'Amérique latine, il n'y avait pas de problème pertinent, mais avec la deuxième vague, le gouvernement a essayé de trouver du travail pour tous et il y a eu plusieurs problèmes. Selon lui, la population touchée par la crise doit être soutenue pour que les travailleurs migrants aient les mêmes droits. Le meilleur moyen d'améliorer les conditions pour les migrants est de créer les conditions nécessaires au travail légal. La plupart des emplois ont été créés dans l'agriculture et la construction, avec 70 % de travailleurs migrants travaillant dans ces domaines. CEAT a élaboré des documents pour améliorer les conditions de travail des travailleurs migrants, notamment au moyen du vivre ensemble, de l'intégration sociale, de la lutte contre le travail illégal et précaire, de la protection des familles des travailleurs (derrière un salarié, il y a presque toujours une famille avec les enfants, des personnes âgées, etc.), en collaboration avec les conseils communaux, les services médicaux et sociaux.

USO – Espagne : tout d'abord, on a souligné que, selon l'OCDE, 40 % des immigrés en Espagne vivaient dans l'extrême pauvreté. En 2016, 2 millions et 200 000 Espagnols vivaient en dehors de l'Espagne. Ces dernières années, le racisme, la xénophobie et le chômage ont augmenté. Il est important de ne pas oublier que les immigrants ne sont pas seulement des travailleurs, mais aussi des personnes fragiles, qui n'ont ni argent ni informations. L'USO a l'intention de soutenir l'intégration dans diverses régions espagnoles à travers l'enseignement des langues, la formation et toujours avec le soutien de tuteurs.

FLC – Italie : selon Paolo Cesana, FLC a développé des processus de formation et d'enseignement pour les réfugiés ainsi que des mesures de protection et d'inclusion sociale. Quelques 5 millions de migrants ont été accueillis en Italie, 22 % en Roumanie, 5,4 % en Chine, 4,6 % en Ukraine et 52 % dans d'autres pays. Beaucoup de ces migrants sont des entrepreneurs et intégrés. Il y a aussi environ 20 000 mariages entre étrangers et Italiens. Selon eux, le rôle des organisations est également bienvenu. L'année dernière, 60 000 citoyens ont acquis la nationalité italienne, ce qui montre la volonté d'intégration du système italien. Il soutient également la stabilité financière des familles dans d'autres pays et les contributions au système de retraite italien. Il y a une polarisation sur le marché du travail où les hommes travaillent dans le secteur de la construction, tandis que les femmes travaillent dans des zones où les personnes sont prises en charge/ les soins administrés.

CIFOTIE – Portugal : le représentant de la CIFOTIE souligne que la position du Portugal n'encourage pas l'accueil des réfugiés. Il a souligné que la migration avait eu deux moments-clés au Portugal : les migrants des PALOP et les migrants du reste de l'Europe, en particulier ceux ayant des qualifications professionnelles élevées.

FIDESTRA – Portugal : le président de FIDESTRA a d'abord souligné les limites qui viennent d'un système politique et la popularité des élections en traitant les préoccupations des électeurs. Il a dit que nous devrions évoluer dans une société de sécurité où nous devrions seulement lutter contre l'illégalité et créer une société véritablement inclusive. À leur avis, l’aversion ou la mauvaise acceptation des réfugiés est due plusieurs facteurs tels que le manque de formation et d'établissements de santé. La promotion efficace du bien-être en Europe devrait continuer à être l'objectif. Il est important de développer une analyse humanisée et non seulement pour les communautés locales, mais surtout pour la politique, afin qu'elles ne considèrent pas seulement les « chiffres », mais aussi les aspects vitaux et humains. Les objectifs communs, basés sur les valeurs de solidarité et de subsidiarité, sont ici d'une importance primordiale.

Quelques idées structurantes :

_ Il est extrêmement important et utile d'apprendre du passé et des meilleures pratiques des organisations représentées dans ce groupe de travail.

_ L'inclusion et l'intégration doivent commencer avant l'arrivée des migrants dans le pays d'accueil, afin de préparer l'adaptation au changement.

_ La formation et le renforcement des capacités devraient être adaptés aux besoins des citoyens pour répondre à leurs besoins et les écouter et les préparer au marché du travail.

_ Nous devons comprendre à quel point il est important de se sentir vraiment bien accueillis et intégrés, que ce soit à la maison ou à la recherche d'un avenir meilleur à l'étranger.

_ Le travail humanisé doit être renforcé, le respect des différences, la qualité de vie promue, sans oublier la santé mentale souvent oubliée dans les processus de changement qui demandent une longue adaptation.

_ Les immigrants clandestins ne devraient pas être confondus avec les immigrants sans papiers, car nous traitons avec des personnes qui cherchent de l'aide et qui n'ont pas commis de crime mais qui n'ont tout simplement pas accès à leurs dossiers.

_ Considérer la migration comme opportunité, et non pas comme problème.

Pour clôturer sur ce groupe de travail, nous nous rendons compte que les organisations membres EZA s’intéressent depuis longtemps aux problèmes de migration qui existent dans leurs propres pays concernés et en particulier ceux qui sont membres de l’IPCM sont en mesure d'apporter une valeur ajoutée et de renforcer et d’influencer les politiques d'admission dans leurs pays et de contribuer ainsi au dialogue social européen et promouvoir efficacement l'intégration des réfugiés/migrants sur le marché du travail.

La discussion des problèmes d'intégration des migrants et des réfugiés par rapport au marché du travail, l'échange des meilleures pratiques des différents pays participants et les difficultés et les propositions de solution peuvent contribuer à attirer l’attention de chaque organisation du réseau EZA, des décideurs politiques, au niveau national, sur les intrants nécessaires, en vue de construire une politique commune d'immigration cohérente fondée sur les valeurs de solidarité et de subsidiarité, sans porter atteinte à la cohésion de l'Europe et sans que l'incertitude des citoyens européens ne prenne pied dans l'UE ou que les mouvements extrémistes et populistes profitent de cette situation pour développer et détruire le projet européen.

Nous parvenons à la conclusion qu’en nous basant sur toutes les organisations représentées à ce séminaire, l’existence de ces espaces et de ces moments d'échange de bonnes pratiques et l'expérience réelle sont extrêmement importants et utiles afin que notre projet européen basé sur la PAIX puisse croître et prospérer de manière durable.

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn