EZA MAGAZINE

Thèmes

Nous vivons la quatrième grande révolution : la révolution numérique. Elle modifie à une vitesse vertigineuse notre société ainsi que le monde du travail. Aujourd'hui, de nombreuses activités sont déjà prises en charge de manière totalement automatisée, un phénomène qui n'ira pas en ralentissant. Les emplois fixes au sens classique du terme sont, certes, encore la règle mais les formes d'emploi atypiques augmentent rapidement. (Faux) Travail indépendant, travail sur plate-forme, travail à durée déterminée : la liste est longue. Il n'est pas rare d'y voir associées l'exploitation et des conditions de travail précaires pour les travailleur(se)s. Nous souhaitons démontrer comment les progrès techniques tout comme le travail de qualité peuvent être sources de réussite et pourquoi l'homme doit toujours être au centre des préoccupations.

 

La protection sociale rend l'Europe unique en son genre. Dans aucune autre région du monde l'homme ne profite autant des systèmes de sécurité sociale que chez nous. Pourtant, ces systèmes doivent être régulièrement adaptés pour suivre le rythme des changements de notre époque. Chez EZA, nous essayons de démontrer comment nous pouvons y parvenir. En effet, la sécurité sociale est notamment une chance pour le développement économique et la cohabitation pacifique. Le Socle européen des droits sociaux, adopté par le Parlement européen, le Conseil et la Commission lors du Sommet social de Göteborg en 2017, est une étape clé de la politique sociale européenne. Avec lui, la politique européenne met l'accent de manière plus appuyée sur la dimension sociale de l'UE. Parmi ses objectifs figurent, entre autres, une plus grande égalité des chances, un meilleur accès au marché du travail, des conditions de travail justes, des salaires équitables accompagnés de pensions de retraite raisonnables et une meilleure protection sociale. Chez EZA, nous expliquons le principe de ce socle et nous mettons en avant les moyens d'organiser la politique sociale sur cette base.

 

Un emploi plus sûr qui garantit un bon salaire et la sécurité sociale pour le travailleur et ses proches, sans oublier des perspectives de carrière et une activité gratifiante avec de bonnes conditions de travail. Voilà qui devrait être accessible à tous les travailleurs en Europe. Néanmoins, la réalité est souvent tout autre. Nous organisons l'échange et le transfert de connaissances entre les organisations de travailleurs autour de ces questions afin que le travail décent devienne réalité en Europe.

 

Il s'agit de l'un des problèmes les plus graves dans l'Union européenne : le chômage des jeunes. Dans les pays d'Europe du Sud et du Sud-est, il est source de tensions sociales et d'une absence de perspectives. Dans de nombreux pays d'Europe, les jeunes actifs souffrent, de plus, de salaires très bas et de conditions de travail précaires. Bien souvent, l'accès au marché du travail ne se fait pas et de nombreux jeunes vont chercher leur bonheur hors de leur pays d'origine. Dans le même temps, les jeunes sont l'avenir de l'Europe et de l'Union européenne. Chez EZA, grâce à nos réseaux, nous essayons de mettre en avant des solutions et de promouvoir de nouvelles voies dans le domaine de l'emploi des jeunes.

 

Albanie, Monténégro, Macédoine du Nord et Serbie : ces pays des Balkans occidentaux souhaitent adhérer à l'Union européenne. Or le chemin pour y parvenir reste long et laborieux. Le Dialogue social dans ces pays est inaudible, la corruption forte et la sécurité sociale faible. Avec notre projet spécial pour les Balkans occidentaux, nous souhaitons y soutenir les organisations de travailleurs, représenter efficacement les intérêts des travailleurs et participer en tant que partenaire social à l'organisation du processus d'adhésion à l'UE de ces États.

 

Ce n'est pas que depuis 2015 que l'Europe est la destination privilégiée par les réfugiés venus principalement d'Afrique et d'Asie. Ces flux de réfugiés sont devenus un défi central à relever pour la politique européenne et sollicitent les pays européens de diverses manières. Si l'on parvient à donner un travail digne aux individus, l'une des missions centrales de l'intégration est remplie. La migration devient alors une chance pour l'Europe. Mais la mobilité professionnelle au sein de l'UE doit également être organisée de manière équitable. En fin de compte, ce sont 17 millions de citoyens de l'UE qui travaillent dans un autre État membre que celui dont ils sont originaires. Avec de lourdes conséquences pour les familles qui sont laissées derrière mais aussi pour les pays qui perdent ainsi leur main d'œuvre, le concept clé étant ici celui de « brain drain » (fuite des cerveaux). Dans nos activités de formation, nous essayons, chez EZA, de développer des idées sur la manière dont la mobilité professionnelle et la migration peuvent être organisées dans l'intérêt de tous les travailleurs.

 

[Translate to Französisch:]

Um ein soziales Europa zu schaffen, brauchen wir starke Arbeitnehmerorganisationen. Denn in unserer komplexen Arbeitsgesellschaft sorgen sie mit Interessensvertretung und Mitgestaltung in Betrieben und Gesellschaft für Ausgleich und soziale Stabilität. Dazu brauchen sie Kompetenzen, Mittel Beratung und Bildung. Mit unserem Programm sorgen wir dafür, dass Arbeitnehmerorganisationen zum Wohle eines sozialen Europas handlungsfähig bleiben und ihren Aktionsradius erweitern können.

 

Éviter les accidents du travail, prévenir le stress psycho-social sur le lieu de travail. Veiller plus généralement à ce que la santé au travail soit protégée. Ces préoccupations sont extrêmement importantes pour les partenaires sociaux de l'ensemble de l'UE. Nous pensons que les travailleurs ont un droit à la santé. Cela correspond à notre idée du travail décent. Des travailleurs en bonne santé peuvent également contribuer davantage à la préservation de notre prospérité économique Avec le temps, les défis se sont transformés. Aujourd'hui, il s'agit souvent moins de prévenir les accidents et de plus en plus de lutter contre le stress et de prévenir les maladies psychiques. Nous avons ces nouveaux défis à l'esprit et nous sommes fiers d'être le partenaire de campagnes officiel de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA).

 

Les perspectives de carrière et les salaires sont des points centraux sur lesquels les femmes restent, comme toujours, perdantes. Nous sommes aujourd'hui encore bien loin d'une véritable égalité des droits entre les femmes et les hommes sur le lieu de travail. Mais faire coïncider vie de famille et vie professionnelle n'est pas seulement un problème pour les mères, ce n'est souvent pas évident non plus pour les pères. D'autre part, les personnes qui sont discriminées en raison de leur origine ethnique, de leur religion, de leur handicap ou de leur âge doivent également être traitées sur un pied d'égalité et être insérées sur le marché du travail. Chez EZA, nous essayons, par nos activités de formation, de démontrer comment on peut obtenir ce résultat de manière totalement responsable et comment l'égalité des chances peut être favorisée sur le marché du travail.

 

Ces trois notions sont liées de manière inextricable, notamment à l'heure du mouvement « Fridays for Future ». Il s'agit également de la mutation structurelle en Europe : abandonner le charbon au profit des énergies renouvelables. Ces changements ne sont pas sans conséquences sur le marché du travail. Mais il convient également de mentionner la création d'« emplois verts ». Par ce terme, la Commission européenne entend toute activité professionnelle qui préserve les écosystèmes, qui fait des économies d'énergie et de matières premières et qui a recours à des énergies renouvelables. Toutefois, il s'agit ici également d'aménager les lieux de travail de manière décente. Chez EZA, nous discutons de la manière dont tout cela pourrait se passer lors de nos activités de formation.

 

C'est-à-dire l'apprentissage pendant toute la durée de la vie pour ajuster et développer les connaissances, les qualifications et les compétences. Les formations qui en font partie sont la formation continue, lorsqu'on a déjà un emploi, et la reconversion, lorsqu'on souhaite se qualifier pour une nouvelle activité, tout comme les places de formation ou les stages pour engranger des premières expériences sur le marché du travail. Quelles possibilités y a-t-il au sein de l'UE ? Quelles sont les différences entre chaque pays de l'UE ? Qu'est-ce qui fonctionne bien et qu'est-ce qui va moins bien ? Comment les intérêts des travailleurs peuvent-ils être également pris en compte dans la formation? Voilà des exemples de thématiques concernant notre travail de formation.

 

Nous vieillissons et nous devons nous préparer à travailler plus longtemps. En effet, avec une espérance de vie croissante, la pression sur les caisses de retraite ne cesse de s'intensifier. Pourtant, on peut arriver à venir à bout de ce changement si les emplois sont aménagés en fonction de l'âge et si les transitions vers la retraite sont adaptées aux besoins des travailleurs plus âgés. Grâce à un échange européen, nous souhaitons examiner des exemples pour savoir comment cela se passe et comment notre protection sociale veillera également dans le futur à ce que nous passions la fin de notre vie dans la dignité.

 

De nos jours, qu'est-ce qu'un contrat de travail moderne ? Avec la numérisation, l'éventail des relations de travail s'accroît même au sein d'une entreprise. Des salariés à temps plein avec contrat à durée indéterminée travaillent aux côtés d'intérimaires, de salariés à durée déterminée, de travailleurs indépendants individuels : ils ont tous des conditions de travail, des droits et des salaires différents. L'aménagement de cette diversité et la garantie d'une cogestion appropriée constituent un immense défi pour les organisations de travailleurs. Grâce à nos activités de formation et de réseautage, nous souhaitons contribuer au fait que les organisations de travailleurs puissent trouver de bonnes solutions à ces questions urgentes.

 

Personnes de contact

Matthias Homey

Collaborateur scientifique
Tel. 0049 – 22 23 – 29 98 – 28
homey(at)eza.org

 

Dr. Victoria Znined

Chargée de formation, publications
Tel. 0049 – 22 23 – 29 98 – 34
znined(at)eza.org

Norbert Klein

Chargé de formation
Tel. 0049 – 22 23 – 29 98 – 31
klein(at)eza.org