EZA MAGAZINE

Renforcement des capacités pour le dialogue social dans le secteur de l'administration publique

Du 12 au 13 mars, March 2018, un séminaire portant sur le « Renforcement des capacités pour le dialogue social dans le secteur de l'administration publique », organisé par EUROFEDOP (Europese Federatie van het Overheidspersoneel), avec l‘aide financière d’EZA et de l’Union européenne, s’est déroulé à Vienne (Autriche).

Le séminaire de deux jours a offert un programme aux participants. En développant le programme, les organisateurs ont tenu compte des différentes pratiques du dialogue social des représentants des pays participants. Fritz Neugebauer, le président d’Eurofedop a souligné que les négociations étaient également importantes dans chaque nation et que l’Union européenne établissait la structure requise pour le déroulement du dialogue social, mais que la manière, dont le dialogue social était organisé au niveau national, restait sous la responsabilité de chaque État membre. Comme il l’a dit : « c’est un fait scientifique prouvé que le dialogue social est avantageux pour la société, à la fois du point de vue économique et social ».

Bert van Caelenberg, le secrétaire général d’Eurofedop a expliqué : l’usage croissant du secteur TIC au travail a obligé l’administration publique à relever le grand défi d’adaptation au marché du travail constamment changeant et des problèmes de l’emploi à temps partiel et du travail précaire, de l’adaptation aux changements sociaux, du développement constant ainsi que de la planification des conditions du télétravail.

Les participants ont été capables de voir et d’entendre les exemples positifs sur les défis de l’âge moderne d’après les présentations :

Dr. Karin Petter-Trausnitz d’Autriche, FCG a parlé de la compatibilité entre la vie professionnelle et familiale. Árpád, manager de haut niveau de l’Autorité fiscale et douanière hongroise (NAV) ainsi que membre du syndicat VPDSZ, a expliqué les développements récents et à venir de la fiscalité électronique des particuliers. Les membres du séminaire ont visité le bâtiment du Ministère fédéral des finances, où Maître Alfred Hacker a tenu une présentation sur « La mise en œuvre de la TIC moderne ». Dans sa présentation, il a présenté la structure, la stratégie et le processus de numérisation du ministère. Herbert Bayer, le président de la section nationale des finances, a présenté la conversion du ministère d’après le point de vue syndical. La deuxième matinée du séminaire, Wilhelm Gloss a donné aux participants un aperçu de la structure des organisations en Autriche.

Après avoir discuté des exemples positifs, plusieurs problèmes ont été découverts au cours du débat des pays d’Europe orientale et des Balkans : il est apparu que les dispositions ratifiées par l’OIT n’étaient pas respectées dans de nombreux endroits et que dans d’autres endroits tels que l’Albanie, les procès pour cause de licenciements illégaux pouvaient traîner pendant des années. Il est courant qu’il n’y ait pas de système de garde d’enfants suffisant, pas de crèche sur les lieux de travail et qu’il existe un écart salarial important entre les sexes dans le secteur de l’administration publique. Dans certains pays comme la Serbie, où la numérisation n’est pas généralisée, les travailleurs craignent que cette transition implique des conséquences négatives telles que la dépression des travailleurs et le chômage. Dans les pays où la numérisation est plus élevée, tels que l’Autriche ou la Hongrie, il y a une opinion plus positif sur les tendances.

Au cours de la dernière partie du séminaire, les participants ont convenu d’une proclamation commune, dont le contenu couvrira outre les salaires, l’amélioration de l’environnement de travail. Cela inclut le développement professionnel, la compatibilité entre la vie familiale et professionnelle, la santé générale et le respect de la parité entre les hommes et des femmes. Le dialogue social obtient une place importante, la durée du temps de travail, la réglementation des congés et des heures supplémentaires et la réorientation de la main-d’œuvre licenciée en raison de la numérisation dans d’autres emplois sont plus détaillés. Les employeurs doivent tenir compte du besoin de crèches et devraient garantir de telles indemnités aux parents avec des enfants en bas âge sous forme d’emploi partiel et de télétravail.

À la fin du séminaire, les participants ont accepté la proclamation avec des changements mineurs qui seront envoyés plus tard en anglais.

Bert van Caelenberg a clôturé la journée par les mots suivants : Le dialogue social a un rôle important dans l’Union européenne. Le Parlement européen a établi un accord cadre pour le sectaire quaternaire. Malheureusement, le secteur de l’administration publique n’est pas inclus dans cet accord, la proclamation commune a donc une grande importance. La préservation des tendances minimales, les négociations intensives et l’établissement de la confiance est important.

Résolution

La compatibilité entre le développement de la carrière et la famille individuelle est aussi un problème de grande importance pour les services publics dans les pays des Balkans occidentaux ainsi que dans les pays d’Europe centrale et orientale.

Le bon rendement au travail ne dépend pas seulement des facteurs tels qu’avoir un emploi stable ou un revenu régulier, mais c’est le résultat de l’interaction du nombre de différents facteurs.

Un facteur important est d’avoir une bonne compatibilité entre la vie professionnelle et familiale afin de rester sain et productif.

EUROFEDOP demande donc une approche commune axée sur la promotion de l’importance des aménagements de travail favorables à la famille pour les femmes et les hommes travaillant dans le secteur et fait appel à des employeurs publics.

  1. respecter et apprécier plus pleinement les efforts entrepris par les pays et les pères efforts entrepris pour organiser leur vie professionnelle et personnelle ainsi que leurs vies quotidiennes,
  2. assumer la responsabilité organisationnelle pour les travailleurs quant à la réconciliation des deux sphères de vie à travers le dialogue social (par ex. dans le cas des aménagements du temps de travail, au moment de demander des heures supplémentaires, pour la planification des vacances, au moment de l’introduction des nouvelles méthodes de travail, attribuant les emplois dans d’autres endroits),
  3. encourager les employeurs publics à tenir compte des besoins opérationnels,
  • soutenir et rendre plus facile pour les mères et les pères, dans les cas individuels, la maîtrise de leurs responsabilités professionnelles et familiales ainsi que
  • promouvoir la compatibilité individuelle des deux sphères de vie, par ex. par l’emploi à temps partiel,
  • accorder plus d’attention aux défis sociaux posés par les besoins accrus des femmes et des hommes pour qu’ils s’occupent de leurs familles et que l’on en tienne compte. Aujourd’hui, les mères ou les parents courent un risque plus grand de sombrer dans la pauvreté, spécialement lorsque plusieurs personnes doivent vivre d’un salaire extrêmement bas. En outre, il y a un besoin de pression pour plus de crèches, de nurseries, de structures d’accueil ainsi que d’autres réductions fiscales. Pour beaucoup, le risque de sombrer dans la pauvreté est la raison pour laquelle ils ne choisissent pas de fonder une famille et d’avoir des enfants.

Ces demandes faites par EUROFEDOP dans sa résolution sont basées sur la conviction que nous avons besoin d’une EUROPE destinée à nous garantir ainsi qu’à nos enfants la prospérité et le droit à un niveau de vie adéquat.

Vienne, 13 mars 2018                                                       Adoptées à l’unanimité