EZA MAGAZINE

La contribution des organisations de travailleurs au socle européen des droits sociaux

Du 23 au 25 novembre2017, un séminaire portant sur « La contribution des organisations de travailleurs au socle européen des droits sociaux », organisé par l’UHM (Union Ħaddiema Magħqudin), avec l’aide financière d’EZA et de l’Union européenne, s’est déroulé à St.Julians, à Malte.

Soixante-cinq représentants des organisations de travailleurs venus de Malte, du Portugal, de Serbie, d’Espagne, de Pologne, de Chypre, du Danemark, de Slovénie, de Roumanie, d’Autriche et de Lituanie ont participé au séminaire.

Le séminaire a fait part de la coordination de projets d’EZA sur les « Stratégies des institutions européennes – le socle européen des droits sociaux ».

Quel était l’aspect le plus important du projet ?

L’aspect le plus important du projet était le débat sur la valeur ajouté apportée par le pilier de l’UE pour les droits européens dans le développement de l’Union européenne. Une attention particulière a été consacrée à l’explication des différents principes couverts par le pilier de l’UE et leur impact sur les systèmes nationaux. Les profils différents et de haut niveau des conférenciers impliqués ont permis une discussion approfondie et fourni une image complète de la situation, notamment en expliquant le rôle et l’implication des institutions de l’UE telles que le PE et le CESE. En même temps, les thèmes spécifiques couverts par le pilier européen tels que l’éducation, le marché du travail, l’information sur les conditions d’emploi et le bien-être ont été décrits à travers les présentations et au cours d’une discussion autour d’une table ronde qui ont pris en considération les intérêts soulevés et le retour d’informations positif de toutes les parties prenantes. Les intervenants ont conclu que d’autres mesures étaient nécessaires pour mieux définir les contributions possibles des organisations de travailleurs en termes pratiques : cela pourrait se faire en approfondissant le dialogue social et les initiatives politiques au niveau national pouvant être reproduites. Tout au long du séminaire, il a été possible de mieux comprendre comment les organisations de travailleurs pourraient contribuer à la réalisation des effets positifs du pilier européen, participèrent dans la manière de transformer ses principes en réalité. En outre, plusieurs conférenciers ont identifié les défis spécifiques pour les organisations de travailleurs en relation aussi bien avec le scénario politique que les changements sur le marché du travail.

Les participants ont été également impliqués dans une activité ayant trait au leadership qui s’est déroulée dans le cadre d’une session de jeu de rôle, où les éléments les plus importants du leadership tels que la communication, la vision et la résolution des problèmes ont été activement traitées. Après le jeu de rôle, tous les participants ont pris part à une séance de débriefing, où les aspects apparus durant le jeu de rôle étaient liés au leadership au sein d’une organisation.

Finalement, la contribution fournie par les jeunes a été un autre aspect important du projet. Cela est venu à la fois de leur participation active aux discussions durant le séminaire et de la session spécifique ciblée. Grâce à cette dernière les représentants des jeunes travailleurs ont eu l’occasion de discuter et de se concentrer sur le domaine spécifique lié à l’emploi précaire et à la connectivité.

Pourquoi le projet était-il si important juste maintenant ?

Le projet traitait d’un problème actuellement en tête de l’Agenda de l’UE. Le Sommet social de l’UE a eu lieu quelques jours avant la mise en œuvre de ce projet. Il était organisé par la Commission européenne et le Gouvernement suédois avec plus de six cents participants venus de tous les États membres. C’est la première fois en vingt ans qu’un sommet spécifique était consacré aux aspects sociaux de l’intégration de l’UE et la Commission Juncker lui a proposé Commission spécifiquement de continuer à s’appuyer sur le pilier européen des droits sociaux.

À la lumière des récents développements de la politique de l’UE, il a été très important pour les syndicats et les organisations de travailleurs de découvrir le pilier européen des droits sociaux afin de mieux identifier les domaines où ils pourraient contribuer. Il est prévu qu’après le sommet de l’UE, il y aura d’autre débats et consultations au niveau national et européen, d’où l’importance de renforcer la capacité des organisations de travailleurs et des représentants de jeunes travailleurs à participer activement au développement de ce domaine politique qui est cruciale.

Le séminaire était donc le forum idéal pour les représentants des travailleurs afin de mieux comprendre leur rôle et leur contribution possible à la question et, au cours des discussions, les domaines-clés suivants ont été identifiés :

  • L’accès à l’information sur les conditions de travail. Les organisations de travailleurs peuvent jouer un rôle central dans leurs contextes nationaux et régionaux et présenter des propositions et des actions conformes à ce principe. Durant le séminaire, un exemple de solution en ligne a fourni un accès gratuit et facile aux contrats de travail.
  • La qualité de vie, la compatibilité entre vie familiale et professionnelle et les services sociaux. Au cours des discussions, les participants ont convenu que les organisations de travailleurs pourraient diriger les processus de dialogue social pour mettre en œuvre des systèmes de garde d’enfants gratuits pour la population. Active.
  • Les salaires sont l’autre sujet important discuté et les organisations de travailleurs peuvent encore contribuer au débat sur le salaire minimum en introduisant des méthodes de calcul innovantes dans chaque pays qui pourraient prendre en compte les aspects spécifiques de chaque territoire, en s’écartant de toute approche uniforme.

Les sujets suivants ont été discutés :

  • la position de l’Église sur le pilier européen des droits sociaux
  • la position et la contribution du CESE au pilier européen des droits sociaux
  • le pilier social européen reflétant une nouvelle réalité
  • le pilier européen des droits sociaux : accent sur l’éducation et l’apprentissage
  • le pilier européen des droits sociaux : accent sur les questions d’emploi
  • le pilier européen des droits sociaux : accent sur les conditions de travail décentes et les informations sur les conditions d’emploi
  • table ronde : un cadre pour les reformes du système de protection sociale durant et après la vie professionnelle : comment le pilier européenne des droits sociaux peut contribuer à d’autres droits et à une meilleure prospérité
  • le développement  de la politique sociale européenne
  • le pilier européen des droits sociaux – quo vadis ? Une ambition écrasante pour une Europe sociale
  • Atelier des dirigeants de l’organisation des travailleurs pour un leadership efficace
  • L’emploi précaire et la qualité de vie

Dr. Alfred Sant, député européen et ancien Premier ministre de Malte a prononcé un discours liminaire qui a fourni une image très claire et complète du développement historique et politique des politiques sociales au niveau de l’UE. Dr. Sant a souligné les aspects critiques spécifiques des politiques de l’UE et suggéré des domaines possibles d’interventions des organisations de travailleurs. M. Oliver Roepke, membre du groupe des travailleurs du CESE a fait des commentaires importants sur le pilier européen des droits sociaux, soulignant non seulement le rôle du CESE lors de la formation du pilier, mais identifiant également les questions où les organisations de travailleurs pourraient contribuer activement. David Casa, membre du Parlement européen a illustré l’évolution du pilier européen des droits sociaux selon la perspective du Parlement européen et a illustré les principaux aspects novateurs.

Le lien entre la prospérité et le pilier européen des droits sociaux a été approfondi, notamment au cours de la discussion autour d’une table ronde, où le Prof. Philip von Brockdorff, Dr. Therese Comodini Cachia MP, M. David Gingell et M. Evarist Bartolo (Ministre de l’éducation et de l’emploi) ont débattu des systèmes possibles qui peuvent contribuer à améliorer la qualité de vie des travailleurs et des retraités.

Résultats du projet

  • Les participants ont eu un aperçu détaillé du pilier européen des droits sociaux
  • Les participants ont été exposés aux différents types de solutions au problème discuté, tant au niveau local qu’international
  • Les participants ont apprécié la question et les différents défis liés aux scénarios macroéconomiques au niveau de l’UE
  • Les participants ont compris l’impact des différents principes du pilier européen et comment leurs organisations pouvaient contribuer à leur mise en œuvre