EZA MAGAZINE

Réformer le système éducatif – la condition indispensable à de meilleurs emplois et à la protection des droits des travailleurs

Un séminaire international intitulé la « Réformer le système éducatif – la condition indispensable à de meilleurs emplois et à la protection des droits des travailleurs » s’est tenu à Zagreb, en Croatie, du 28 au 30 septembre 2017. Ce séminaire était organisé par l’HKD Napredak (Hrvatsko kulturno društvo Napredak), avec l’aide financière d’EZA et de l’Union européenne. Des représentants d’organisations de travailleurs de douze pays différents ont participé à ce séminaire ».

Au début du séminaire, au nom de l’hôte, Mgr. prof. Franjo Topić a accueilli toutes les personnes présentes et leur a brièvement présenté toutes les activités et tous les résultats à travers sa riche histoire. Il a souligné l’importance de l’enseignement des jeunes que Napredak a reconnu dans sa fondation en 1902, et il a accordé des bourses aux étudiants, dont certains ont parfaitement réussi dans la vie scientifique, culturelle et sociale, changeant ainsi la position qualitative de toute la société. Il a conclu qu’il n’y avait pas de progrès dans la vie d’un individu sans une bonne éducation et donc pas d’état de qualité.

Le séminaire était divisé en plusieurs unités thématiques :

  • Le système d’enseignement est-il en corrélation avec les tendances et les besoins du marché du travail ?
  • Influence de la démographie sur le système d’enseignement et le marché du travail - exemple de la Croatie.
  • Qualité de l’enseignement – l’une de conditions préalables au développement du dialogue social.
  • Le système d’enseignement de l’Europe du Sud-Est est-il une bonne base pour des meilleurs emplois et la protection des droits des travailleurs ?
  • Comment combler le fossé entre le système d’enseignement et les besoins réels du marché ?
  • Influence des organisations des travailleurs et des syndicats sur la qualité du système d’enseignement.
  • Enseignement informel des jeunes - impact sur le marché du travail.
  • Impact du système d’enseignement sur l’emploi des jeunes sur le marché du travail.

Antonio Inchingoli, secrétaire général du MCL Italie, a souligné la bonne coopération à long terme avec Napredak et que la sélection de Napredak comme hôte de séminaires pour discuter du rôle de l’enseignement des jeunes n’était en aucun cas secondaire. Il a noté que MCL travaillait avec Napredak pour promouvoir le dialogue et qu’à cette fin, Napredak et MCL avaient construit ensemble un centre de dialogue à Sarajevo pour promouvoir la tolérance dans la société.

Piergiorgio Sciacqua, coprésident d’EZA a parlé des problèmes d’emploi chez les jeunes, des difficultés rencontrées dans l’éducation et la scolarisation des enfants, de l’obsolescence des méthodes d’enseignement et des problèmes inclus par la migration de la population en provenance des régions moins développées, spécialement de pays en Afrique et en Asie.

Des représentants de l’État et des institutions de la ville étaient également présents, ainsi au nom de la maire de Zagreb, Helena Beus, conseillère au Bureau municipal de l’éducation et de la culture qui a accueilli le séminaire ainsi que l’importance de l’application de nouvelles idées dans la formation du système d’enseignement. Katarina Ivanković Knežević, secrétaire d’État au Ministère du travail et au système de retraite de la République de Croatie, a souligné l’importance de l’enseignement des jeunes et de l’apprentissage tout au long de la vie pour des changements technologiques rapides exigeant de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences afin de maintenir les travailleurs dans le système de production.

Grâce à la présentation des participants et à la discussion, des problèmes communs similaires ont pu être divisés en deux groupes :

  • problèmes rencontrés par les pays quittés par les jeunes (Europe méridionale et du Sud Est)
  • problèmes des pays migrants (pays d’Europe centrale et occidentale)

Les problèmes survenant dans tous les pays en transition sont similaires :

  • systèmes d’enseignement périmés,
  • matériel d’enseignement obsolète et médiocre,
  • mauvaise sélection du personnel enseignant en raison des faibles revenus dans l’éducation,
  • non-motivation des jeunes à poursuivre des études,
  • le départ du personnel qualifié vers les pays d’Europe occidentale causé par de faibles revenus,
  • insécurité et chômage élevé,
  • difficultés a changé de conscience du travail et au travail,
  • déclin continu des taux de natalité.

Les problèmes auxquels sont confrontés les pays d’Europe occidentale et centrale sont les suivants :

  • manque de main-d’œuvre due au faible taux de natalité,
  • non-motivation des jeunes à poursuivre leurs études et une formation dans plusieurs professions,
  • problèmes avec les migrants en raison du manque de connaissances de la langue et du faible niveau d’éducation (le problème est principalement lié aux migrants d’Asie et d’Afrique)
  • mauvaise intégration des immigrants dans la communauté sociale du pays d’où ils viennent.

Concernant la question de faible taux de natalité, on peut dire que c’est l’un des grands problèmes de l’Europe en général et qui cause le vieillissement de la nation, a déclaré le prof. Dr. Stjepan Šterc de l’Université de Zagreb. Dans sa présentation sur le problème démographique en Croatie et dans l’Union européenne, il a présenté une série de données illustrant une vision noire de l’avenir croate et européen. Il voit davantage le problème chez les politiciens qui, à travers leur rôle dans la création des conditions préalables à la stratégie nationale de développement pour la société, la démographie et l’emploi, sont utilisés uniquement comme promotion personnelle dans les activités pré-électorales et après les élections, chaque chose justifiant un régime colonial constant subordonné à des objectifs personnels.

Krešimir Sever, président des syndicats croates indépendants, a souligné dans sa présentation le problème de la mondialisation, ce qui se reflète négativement dans la rupture de la famille en tant que basse fondamentale du développement de la société. Seuls des pays comme l’Irlande et la Finlande, qui ont reconnu l’importance de l’éducation et que celle-ci n’était pas un facteur de coûts, mais un investissement dans l’avenir, ont connu une croissance économique rapide, ont augmenté leur niveau de vie, l’emploi et donc stoppé l’émigration des jeunes qui sont retournés dans leurs pays d’origine. Des modèles de ce genre pourraient être appliqués dans les pays de la région dans le territoire de l’ex-Yougoslavie qui, selon le nombre d’habitants, correspondent aux pentes mentionnées. M Jozef Mozolewski's, président du syndicat indépendant Solidarność de Pologne, a montré les méthodes intéressantes de retour et de recrutement d’immigrants polonais au Royaume-Uni et aux États-Unis. L’un des exemples bons et intéressants sur la manière de former les jeunes aux professions exercées et de les garder dans leurs pays a été présenté par le conférencier Boris Marđonović, directeur exécutif de la Chambre des métiers spécialisés et de l’entrepreneuriat du Monténégro. Dans son examen via le Modèle 100, il a montré comment former les jeunes à l’acquisition de compétences professionnelles de haut niveau et comment leur permettre de travailler et de développer leur esprit d’entreprise grâce à leurs connaissances acquises.

Des représentants des syndicats de Slovénie et d’Autriche ont évoqué d’autres expériences positives dans la formation, en encourageant les enfants présentant des déficits linguistiques et en les conseillant lorsqu’ils s’inscrivent aux professions qu’ils maîtriseraient mieux.

Il est possible de résoudre les problèmes des jeunes, de formation et d’emploi grâce à un meilleur dialogue entre les syndicats, les employeurs et les établissements d’enseignement.

CONCLUSIONS

Selon les présentations et les discussions tenues sur une meilleure position des jeunes, est nécessaire de/d’ :

  • changer d’urgence de système d’enseignement et de programme d’études
  • éviter de créer des emplois irrationnels non nécessaires sur le marché
  • mettre place des stratégies nationales pour le développement de la société
  • mieux coordonner les syndicats, les  employeurs et les établissements d’enseignement
  • retourner à la famille comme valeur fondamentale du développement de la société
  • établir de relations plus honnêtes entre les politiciens et les problèmes réels
  • promouvoir la formation continue et l’apprentissage tout au long de la vie
  • investir davantage dans les nouvelles technologies
  • retourner au système de stage
  • développer un système de formation par alternance (économie et école/faculté)