EZA MAGAZINE

Conciliation et équilibre entre vie personnelle, familiale et professionnelle

Du 16 au 19 novembre 2017 a eu lieu à Lisbonne, Portugal, un séminaire avec le titre « Conciliation et équilibre entre vie personnelle, familiale et professionnelle », organisé par la CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens), avec le soutien d’EZA et de l’Union européenne.

42 représentants d’organisations de travailleurs de Chypre, France, Belgique, Portugal, Bulgarie, Allemagne, Albanie, Luxembourg, Espagne, Italie et Roumanie ont participé au séminaire.

Le séminaire a été animé par Joseph Thouvenel, vice-président confédéral CFTC.

A une époque où le matérialisme marchand est de plus en plus dominateur, la financiarisation de l’économie impose ses normes au monde du travail, contraignant nombre de salariés à choisir entre leur activité professionnelle et leur vie familiale et personnelle. Pourtant, l’Europe s’est construite en affirmant la primauté de la personne humaine. Aujourd’hui, la pression marchande, l’ultralibéralisme et certaines organisations du travail remettent en cause le modèle humaniste des pères fondateurs de l’Europe moderne.

Le déséquilibre des temps de vie en est une des facettes. Il appartient aux sociaux-chrétiens, salariés comme employeurs, de bâtir une cité au service de tous, notamment dans le respect des temps familiaux, personnel et spirituel.

Les sujets suivants ont été abordés :

- Le temps des parents pour le tout-petit : quantité ou qualité ? Quelles exigences pour une croissance équilibrée des enfants ? par A. Schaub-Thomas, psychothérapeute (Belgique)

- Réponses au questionnaire « Equilibre des temps de vie » par C. Blondelon, CFTC (France)

- Equilibre des temps de vie : le point de vue patronal par T. Tron-Lozai, MEDEF(France)

- Equilibre des temps de vie, la position du CESE par P-J Coulon, CFTC (France)

- Rôle des associations familiales européennes par N. Speranza , FAFCE (Italie)

- Comment une élue au parlement concilie-t-elle vie professionnelle et vie familiale ? par C. Barros, députée (Portugal)

- Les problématiques chypriote, portugaise et roumaine par D. Diomidious, DEOK (Chypre), M.R. Martin, FIDESTRA (Portugal) et M.M. Darle, Cartel Alfa (Roumanie)

- Comment peser sur les décisions politiques ? par J.F. Poisson, ancien député (France).

Résultats du séminaire :

Le temps de vie ne doit pas être consacré qu’au labeur. L’Europe d’aujourd’hui privilégie les échanges commerciaux et non les rapports humains. Si l’Europe reste limitée à un grand marché, l’engagement des peuples ne lui sera pas accordé car l’homme ne se réduit pas à sa dimension matérielle. De plus, le travail n’a pas qu’un aspect économique : il intègre le travailleur à la société et le fait participer, comme individu responsable, à un projet collectif auquel il contribue.

Décisions :

Réduire les inégalités des droits entre hommes et femmes (inégalités salariales, accès aux responsabilités…) en respectant leurs différences. Réviser la directive sur l’équilibre des temps de vie en proposant une extension des formules souples de travail et des congés familiaux rémunérés.

Revendications :

1) Soutenir financièrement les familles : instaurer des mesures pratiques qui permettent aux familles de vivre décemment et dans la sécurité. Le salaire doit permettre de vivre dignement, la fiscalité doit favoriser la famille et l’accès au logement décent être assuré. Tout ceci pour permettre aux familles une réelle liberté de choix.

2) Faire évoluer la législation européenne pour l’organisation du temps de travail afin de concilier les temps de vie (travail du Dimanche, droit à la déconnexion, flexibilité des horaires…etc.).

Conséquences sur le travail :

OEuvrer en commun pour instaurer une véritable liberté de choix pour les familles afin qu’elles puissent atteindre l’équilibre des temps de vie qui leur convient. L’égalité stricte des droits, indispensable entre les hommes et les femmes, doit s’établir dans le respect de leurs différences et de leur complémentarité. Défendre la famille comme pivot et institution de base de la société. Promouvoir les politiques qui lui permettent de se maintenir et de se renforcer. Bâtir « une économie du sens ».