EZA MAGAZINE

Le dialogue social en Europe et son rôle dans la politique du travail et la politique sociale internationale

« En tant que Centre européen pour les travailleurs, nous estimons indispensable de développer rapidement une nouvelle culture d’égalité des chances et de conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée en Europe », tels ont été les propos de Bartho Pronk, Président du Centre européen pour les Travailleurs (EZA) lors de la session plénière de la Conférence internationale du Travail (CIT) 2018. « Une base juridique solide“ est nécessaire à cette fin, poursuivait-il. En formulant cette demande, il prenait position sur le rapport du Directeur général de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Dans le contexte de l’initiative du centenaire de l’OIT sur les femmes au travail, ce dernier avait attiré l’attention sur les nombreux défis et avait dit : „…nous sommes encore loin d’avoir atteint l’objectif de l’égalité, et les progrès en la matière sont lents, inégaux et incertains. »

Le Président Pronk, attirant l’attention des délégués de la CIT sur  le travail effectué pendant de nombreuses années par la plateforme de l’EZA sur l’égalité des chances, a déclaré à ce propos: « L’EZA s'efforce de travailler avec l'OIT pour atteindre l'objectif de l'égalité entre les femmes et les hommes sur le lieu de travail plus rapidement, de manière égale et en toute sécurité. »

Le discours se trouve sur le site de l’OIT sous : www.ilo.org/ilc/ILCSessions/107/plenary/recordings/lang--en/index.htm, « Video recordings of Plenary sittings », 4 juin 2018, barre de temps 3:35:05 à 3:40:50

Discussions avec des représentants de l’OIT

Les discussions que Bartho Pronk a menées avec Piergiorgio Sciacqua, Co-président de l’EZA, s’inscrivent dans le cadre de la préparation des célébrations du centenaire de l’OIT qui auront lieu en 2019. Luc Cortebeeck, Président du Conseil d’administration de l’OIT et Heinz Koller, directeur adjoint et directeur général pour l’Europe et l’Asie centrale, ont évoqué la Commission mondiale sur l’avenir du travail.  Celle-ci soumettra non seulement des recommandations relatives à l’avenir du travail, mais également des propositions quant au rôle futur de l’OIT en la matière.

Luc Cortebeeck s’est, en outre, déclaré être préoccupé par les tendances croissantes d’une « dé-mondialisation », qui apparaissent clairement dans les orientations politiques de certains pays du monde. Le détachement observé à l’égard des organisations internationales et le retour à des politiques nationales, pourraient aussi affaiblir l’OIT.

Les discussions qui ont eu lieu avec Anna Biondi, directrice adjointe du Bureau des Activités pour les travailleurs (ACTRAV), et Pierre Martinot-Lagarde, conseiller du Directeur général de l’OIT pour les questions socioreligieuses, ont porté sur les célébrations du centenaire de l’OIT.

L‘EZA apportera sa contribution sous forme de réflexions. Un séminaire organisé conjointement avec Cartel Alfa, en présence de représentants de l’OIT, début de l’année prochaine, abordera les questions éthiques afférentes à l’avenir du travail et soumettra des idées à l’OIT à cet égard.

Une discussion avec le Professeur Dr. Irmgard Nübler, économiste principal au département recherche de l’OIT, a porté sur les processus de numérisation. Selon ses informations, il est crucial que les système d’enseignement combinent, à l’avenir, de bonnes compétences et aptitudes et le numérique. Il s’agit de créer simultanément, grâce à ces nouveaux emplois, un travail décent.

Rencontre avec des représentants des centres affiliés de l‘EZA

Dans le cadre de la CIT, l‘EZA a de nouveau organisé un échange de réflexions et d’expériences avec les représentants des centres affiliés de l’EZA qui participaient en tant que délégués à la 107ème session de la CIT. Le but consistait à poursuivre la mise en réseau et à avoir un échange de vues sur les débats en cours à la CIT. Nous avons été particulièrement heureux de la présence de Luc Cortebeeck, d’Anna Biondi et de Pierre Martinot-Lagarde qui ont enrichi les discussions. Cet événement est devenu une tradition et a, à nouveau, connu un grand succès.

Priorités de la CIT

Outre les discussions sur le « Dialogue social et tripartisme » et sur la façon dont l’OIT peut façonner de manière efficace sa coopération au développement  afin de soutenir les objectifs de développement durable, l’accent a surtout été mis sur le débat intitulé « Mettre fin à la violence et au harcèlement dans le monde du travail ». L’espoir est d’aboutir dans ce domaine à un accord international qui pourrait servir de norme. Si ces efforts étaient couronnés de succès au cours de l’année du centenaire de l’OIT, ce serait un signal clair mettant en évidence le rôle de l’OIT dans la définition de normes internationales dans le domaine du travail et des affaires sociales.