Équité : développement de nouvelles formes de travail, travail indépendant et protection sociale dans les pays de l'UE

Du 23 au 25 mai 2019, un séminaire portant sur « Équité : développement de nouvelles formes de travail, travail indépendant et protection sociale dans les pays de l'UE » s’est déroulé à Jūrmala/Lettonie, organisé par LKrA (Latvijas Kristīga Akadēmija) avec l’aide financière d’EZA et de l'Union européenne. Le séminaire faisait partie de la coordination de projets d’EZA sur « L'avenir du travail et l'évolution des relations de travail ».

Quatre-vingt-six représentants d'organisations de travailleurs de Lettonie, de Lituanie, d'Estonie, de Pologne et d'Allemagne étaient présents.

Le projet a contribué au problème complexe de la compréhension qualitative et novatrice des nouvelles formes d’emploi et des innovations du travail en général. La Commission européenne a présenté une proposition (13 mars 2018) visant à assurer l'équité sociale dans deux domaines : 1) la libre circulation des travailleurs entre les pays européens, sur la base de l'Autorité européenne du travail ; 2) à garantir l’accès efficace à la protection sociale dans les nouvelles formes de travail ainsi qu’aux travailleurs indépendants. Le deuxième aspect le plus important a été la discussion autour du pilier européen des droits sociaux qui englobe des principes qui doivent être respectés dans l'ensemble de l'UE et également dans les États baltes.

Les experts ont analysé les innovations sur le marché du travail, les exemples modestes de protection sociale et l'analyse de la réalité de l'emploi de la « zone grise » entre le travail indépendant véritable et le travail dépendant dans les États baltes, et dans le séminaire, ils l'ont présenté en comparaison à la dimension européenne. Une attention particulière a été accordée aux formes atypiques d'emploi dans l'UE, généralement caractérisées par un temps de travail atypique, des contrats de travail spécifiques et des relations de travail moins courantes. Des discussions ont été organisées sur l'état actuel du marché du travail des pays de l'UE.

Les participants au séminaire ont visité l'importante société informatique et logicielle des États scandinaves et baltes, VISMA Enterprise, qui a donné la possibilité d'apprendre la pratique de la numérisation des emplois, les tendances futures de l'emploi moderne et les nouveaux types de services à distance. Une discussion a été organisée sur le rôle des syndicats sur le marché du travail moderne. On a conclu que le rôle des partenaires sociaux devait être souligné : on a encore peu de confiance envers les syndicats, on a grandement besoin de travailleurs formés et de la contribution plus importante des employeurs impliqués dans le débat économique de l'UE.

Le projet était important en raison des processus de mondialisation du marché du travail, de la numérisation des relations de travail modernes et de l'emploi en « zone grise » suite à la migration de la main-d'œuvre dans l'UE, aux formes précaires d'emploi et à l'évolution des relations de travail (domination des petites entreprises, travail plus individualisé, travail intensif, disparition des intérêts collectifs, numérisation du travail, travail à distance, détachement, travail de plate-forme, micro-emplois).

Les sujets ont été abordés en lien avec les principaux enjeux du projet : Équité : développement de nouvelles formes de travail, travail indépendant et protection sociale dans les pays de l'UE ».

Présentation de six projets européens dans le cadre des travaux d’EZA sur « L'avenir du travail - L'évolution des relations de travail » ; réflexions sur le développement du marché du travail en Lettonie en comparaison à la dimension européenne ; situation économique : le marché du travail et le pronostic futur du développement du travail dans le contexte de l'UE ; modernisation des relations de travail : principales dimensions des relations de travail dans l'UE ; l'avenir du travail en Estonie : sur la voie de la flexibilité et de la réalisation de soi ; le travail en ligne légitime et l'emploi à domicile pour les hommes et les femmes comme défi : mission (im)possible( ?) dans l'UE ; le contribuable indépendant et la sécurité sociale ; le problème du manque de main-d'œuvre et les formes de solution novatrices ; l'impact des technologies modernes, de la numérisation et des nouvelles formes de main-d'œuvre dans l'entreprise : travail à distance, micro-emplois, travail flexible, etc.

Nous aimerions mentionner l'académicienne, Dr en économie. Mme Raita Karnīte, présidente du Centre de pronostic économique (LV), Dr. en économie. M. Krasnopjorovs, économiste principal du Département d'analyse de la macroéconomie, Département de la politique monétaire, Banque de Lettonie, a présenté un aperçu macroéconomique et microéconomique des pays de l'UE comme connaissance de base des changements dans les relations de travail dans l’Europe moderne. Le rapport de la référente de Lettonie auprès du Comité économique et social européen, Mme Pēteris Krīgers, ancienne présidente de la Confédération syndicale libre lettone, sur la situation moderne du marché du travail letton, était très important. M. Aimar Altosaar, président de l'ONG « Golden League » (EE) a fait rapport sur les formes modernes de travail. À son tour, Dr. Prof. Elvyra Aciene a présenté un rapport sur les possibilités de travail à distance en Lituanie et dans d'autres pays européens qui établissent un lien entre les besoins académiques et ceux du marché du travail, ainsi que sur la situation de l'employabilité des diplômés.

Le séminaire a également analysé les aspects de la protection sociale des nouvelles formes de travail : ceux-ci ont été présentés par Mme Lidija Dārziņa, analyste des actes juridiques de l'éditeur officiel du Gouvernement letton « Latvijas Vēstnesi » (« Annonceur de Lettonie ») et Mme Eva Selga, présidente de l’Association lettone pour la gestion des personnes.

La visite sur le terrain de l’entreprise leader en technologie de l’information des pays nordiques, Visma Enterprise, où la directrice générale Mme Antra Zālīte a présenté des solutions efficaces pour l'automatisation des processus administratifs et d'affaires dans l'entreprise, montrant l'avenir de la nouvelle formes de travail qui sont touchées par l’automatisation et la numérisation des relations de travail, a été très spéciale.

Résultats

Deux jours auparavant, les questionnaires du séminaire avaient été distribués aux participants au séminaire qui ont confirmé leur présence. Il y avait deux types de questionnaire pour deux groupes. Lors des présentations informatives in situ, les participants de différents syndicats ont été invités à trouver des solutions aux questions d'actualité et à les soumettre lors de la deuxième journée du séminaire : trente-six réponses ont été reçues. Les deux groupes ont montré que les nouvelles formes de travail étaient des phénomènes fascinants, mais difficiles à comprendre du point de vue de la protection sociale et de la tenue des dossiers professionnels. Des questions ont également été soulevées en ce qui concerne la comparaison des indicateurs de la situation économique. La principale conclusion était que l'expansion économique se poursuivait, mais que des déséquilibres subsistaient entre la demande de main-d'œuvre et l'offre de main-d'œuvre. Beaucoup ne comprennent pas, que bien qu’il y ait des secteurs et des professions en forte demande, on y trouve encore beaucoup de secteurs avec un taux de chômage élevé.

Des consultations publiques pour les délégués syndicaux seront organisées au sein de l'Académie chrétienne lettone.

Au fil des ans, les séminaires de l'EZA sont devenus des médiateurs pour la mise en place d'une plate-forme et d'un réseau de coopération régulier destinés aux différents spécialistes de Lettonie, de Lituanie, d'Estonie, d'Allemagne, des Pays-Bas et de Pologne visant à présenter l'analyse des interconnexions du dialogue social avec les travailleurs de différentes organisations, les membres d'universités et les politiciens, les membres du gouvernement afin de promouvoir et de stimuler le développement du modèle social européen. Les séminaires sont devenus un pont pour l’établissement du dialogue entre les syndicats, les analystes universitaires et les différentes parties prenantes concernées.

Tous les participants au séminaire ont été encouragés à réaliser ce qui suit dans leur travail quotidien : la responsabilité de mener un climat d'ouverture, de confiance et d'attitude innovante à l'égard des nouvelles formes de travail en vue d’atteindre les objectifs d'amélioration Europe 2020 et appel à une Europe protectrice prête à assumer toutes ses responsabilités en matière d'équité et de développement du marché du travail.

Tous les participants au séminaire ont soutenu l'opinion selon laquelle le séminaire avait une valeur théorique et pratique pertinente. Le grand rôle a été la visite sur le terrain de Visma Enterprise pour voir et comprendre les questions-clés des innovations sur le marché du travail grâce à la numérisation des systèmes internes de l'entreprise. Tout le monde a obtenu des connaissances sur la numérisation, la modélisation administrative et commerciale et sur l'utilisation efficace des ressources institutionnelles. Le séminaire a servi de réservoir de connaissances permettant de réfléchir à la façon de combiner les objectifs de l'Europe 2020 à la mondialisation et au modèle de vie professionnelle et de vie familiale d'une personne concrète.

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »