Travailler moins, vivre mieux – organiser le temps de travail dans la nouvelle économie

Le séminaire international « Travailler moins, vivre mieux – organiser le temps de travail dans la nouvelle économie » a eu lieu à Lisbonne, entre le 28 février et le 2 mars 2019. Il a été organisé par le CFTL - Centre de formation et de loisirs, en coopération avec BASE-FUT, avec l’aide d'EZA et financé par l'Union européenne. Des représentants d'organisations de travailleurs de Lituanie, d'Italie, d'Espagne, de Pologne, d'Allemagne et du Portugal ont participé au séminaire. Le séminaire faisait partie de la coordination du projet EZA sur « Travailler et vivre dans le monde numérisé ».

Les principaux objectifs de l'événement étaient les suivants :: évaluation de la situation actuelle en matière de temps de travail dans l'Union européenne, analyse des politiques nationales et européennes dans ce domaine; discussion sur les conséquences de la réduction du temps de travail pour la santé et la sécurité des travailleurs et de la compatibilité entre vie professionnelle et familiale ; discussion sur les conséquences de la réduction du temps de travail pour la productivité et le succès des entreprises. D'autre part, il était important d'évaluer les défis posés aux organisations de travailleurs par la nouvelle économie, et en particulier par les entreprises de plate-forme numérique -

Paulo Caetano (président de la CFTL), Piergiorgio Sciacqua (co-président d'EZA) et Mafalda Troncho (chef du bureau de l'Organisation internationale du travail au Portugal) ouvrent le séminaire dans l'après-midi du 28 février, avec des mots de bienvenue et des interventions thématiques définies.

Paulo Caetano a discuté des principaux objectifs du séminaire, se demandant si nous ne travaillions pas trop au Portugal et dans d'autres pays, cela nuisant à notre qualité de vie. Piergiorgio Sciaqcua a également souligné l'importance de a compatibilité entre vie professionnelle et familiale, tout en discutant de certains des principaux défis auxquels l'Europe est actuellement confrontée, tels que les murs visibles et invisibles érigés en Europe, le Brexit et les élections européennes de mai.

Mafalda Troncho a rappelé que la lutte pour la réduction du temps de travail était historiquement l'une des principales revendications des mouvements ouvriers et faisait l'objet de certaines des premières conventions de l'OIT. M. Troncho a également rappelé que la réglementation du temps de travail était l'une des conditions-clés du travail décent et continuait d'être un enjeu-clé aujourd'hui, la diffusion des nouvelles technologies de l'information mettant au premier plan la question du droit à la déconnexion.

Le premier panel, qui s'est également tenu le 28 février, s'intitulait «  La qualité de l'emploi et la réduction du temps de travail dans le cadre du dialogue social européen ». Les intervenants du panel étaient Rainer Rissmayer, coordinateur du projet EZA pour la ligne « Travailler dans un monde numérisé », et Agniezka Piasna, chercheuse à l'Institut syndical européen.

Agniezka Piasna a présenté un panorama global de la situation en matière de temps de travail dans différents pays et discuté de l'impact du temps de travail chez les travailleuses, soulignant que la réduction du temps de travail entraînait des améliorations substantielles pour la vie des travailleurs. Piasna a également démontré, qu'avec le niveau actuel de développement technologique, il était possible de travailler moins, avec une meilleure qualité et avec une répartition plus équitable du travail.

Rainer Rissmayer a évoqué les conclusions des séminaires précédents de cette ligne, rappelant plusieurs questions soulevées par la numérisation de l'économie, telles que les difficultés ressenties dans la mesure du temps de travail réel, l'établissement d'horaires de travail clairs et la garantie du droit à la déconnexion.

Dans la matinée du 1er mars, le séminaire s'est poursuivi par une table ronde intitulée « Travaillons-nous trop ? La flexibilité du temps de travail dans l'espace européen ». Les intervenants de cette table ronde étaient Jesus Gonzalo Casado, du CEAT (Centre espagnol pour les affaires des travailleurs) ; Javier Iglesias, de l'USO (Syndicat des travailleurs espagnols) et José Paixo de LOC/MTC (Ligue catholique des travailleurs/Mouvement des travailleurs chrétiens, du Portugal).

Issus de différentes expériences sociales et syndicales, ces trois intervenants ont souligné l'importance de la réduction du temps de travail en Europe et dans chaque pays, montrant l'avantage d'un horaire de travail équilibré. Ces intervenants ont souligné qu'il s'agissait d'une question-clé visant à réduire le temps de travail sans réduction des salaires. Les perspectives pour les travailleurs de la nouvelle économie sont sombres en cas d’absence de réglementation nationale et européenne adéquate des aspects importants des relations de travail, tels que le temps de travail, la protection sociale et la fiscalité.

Dans l'après-midi du 1er mars, les participants au séminaire se sont rendus dans le port de Setubal, où ils ont été reçus par des représentants du Conseil d'administration des ports de Setúbal et de Sesimbra. Ce dernier a fait une courte présentation sur le port de Setúbal et a posé des questions sur les activités portuaires et leur importance pour les économies nationales et internationales, ainsi que sur les récents conflits de travail entre les entreprises qui exploitent le port et les syndicats de dockers. Les participants ont ensuite visité certaines zones portuaires et observé le fonctionnement de plusieurs terminaux.

Dans la matinée du 2 mars, le séminaire s'est déroulé avec le deuxième panel, intitulé « Les défis de l'économie de la plate-forme et du temps de travail ». Les intervenants étaient F.Tima Almeida, co-présidente du Mouvement mondial des travailleurs chrétiens et Laura Estevez, de l'USO.

Les deux interventions, ainsi que le débat qui s’ensuivit, ont porté sur les difficultés rencontrées par les organisations de travailleurs pour syndiquer les travailleurs des plateformes numériques. Les plates-formes veulent consacrer une relation individualisée de travail avec ces travailleurs, en traitant ces derniers comme des travailleurs indépendants. Certaines initiatives visant à intégrer ces travailleurs dans les syndicats et les tribunaux du travail de certains pays ont déjà reconnu qu'ils avaient une véritable relation subalterne avec leurs employeurs. Les organisations de travailleurs devront trouver des moyens créatifs de faire de ces travailleurs les principaux acteurs de leurs luttes

Le troisième panel du séminaire a eu lieu dans l'après-midi du 2 mars. Il s'intitulait « La réduction du temps de travail dans les secteurs public et privé ». Les intervenants du panel étaient Ana Avoila, coordonnatrice de la Fédération nationale portugaise des travailleurs du secteur public, et Joao Lourenço, ancien représentant du Syndicat des Métallos. Il a remplacé Isabel Tavares et Manuel Freitas, des syndicalistes du secteur textile qui n'ont pas pu assister au séminaire en raison d'empêchements de dernière minute.

Les intervenants ont discuté de la situation dans le secteur public, où les 35 heures hebdomadaires de travail ont été rétablies en 2016, ainsi que des luttes dans le secteur privé dans les années 1990, pour garantir les 40 heures hebdomadaires de travail.

Les deux intervenants ont convenu que les syndicats avaient un rôle décisif à jouer dans la mobilisation des travailleurs en raison de la réduction du temps de travail sans réduction des salaires, ce qui est justifié par l'augmentation de la productivité résultant de la numérisation et de la robotisation de l'économie.

Le séminaire s'est terminé par la présentation des conclusions et par les remarques finales de Pedro Estêvao, coordinateur national de BASE-FUT, et de Maria Reina, vice-présidente de l'EZA.

Conclusions

La réduction du temps de travail a été la question de certaines des plus anciennes luttes des travailleurs, dont en témoigne la célébration du 1er mai, une date hautement symbolique pour les mouvements ouvriers. Avec leur devise claire, les syndicalistes du XIXème siècle se sont opposés aux heures de travail inhumaines que les travailleurs ont dû endurer au lendemain de la révolution industrielle : « huit heures de travail, huit heures de repos, huit heures pour vivre ».

Leur lutte n'a pas été vaine. La réduction du temps de travail a été l'un des plus grands succès des mouvements de travail européens au cours du XXème siècle. Rien qu'entre 1900 et 1930, le temps de travail moyen est passé d'environ 65 heures par semaine à un peu plus de 45 heures. Cette tendance s'est poursuivie après la Seconde Guerre mondiale et jusqu'aux années 1970, ce qui a amené beaucoup à croire que la réduction continue du temps de travail était inévitable.

Cependant, cela ne s'est pas produit. Depuis le début des années 1980, le temps de travail moyen des travailleurs européens à temps plein a stagné près de 40 heures par semaine. Et, si le nombre total d'heures de travail a continué de diminuer, cela est presque entièrement dû à la croissance de l'emploi à temps partiel fortement associée à la précarité et au sous-emploi. Pendant ce temps, le sujet de la réduction du temps de travail a progressivement disparu de l'ordre du jour politique et des discussions publiques.

Et pourtant, le temps de travail reste un élément-clé à la fois pour la qualité de vie des travailleurs et pour la cohésion et le développement de nos sociétés. La nécessité de réglementer le temps de travail reflète l'équilibre délicat entre les différentes sphères de notre vie familiale, professionnelle, civique et culturelle dont nous prenons conscience en tant qu'êtres humains. En tant que tel, il est facile de comprendre comment des heures de travail excessives perturbent cet équilibre, aggravant la santé physique et mentale des travailleurs, augmentant les tensions dans leur vie familiale et nuisant à la participation politique et civique.

Au cours du séminaire, on a reconnu que l'accélération du développement technologique au cours des dernières décennies avait posé de sérieux défis à la réglementation du temps de travail. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont été utilisées pour brouiller la frontière entre le travail et la vie privée, favorisant l'idée que les travailleurs devaient être disponibles selon les caprices de leurs employeurs. Cela s’est traduit par une augmentation non reconnue, mais très réelle, du temps de travail réel et l'augmentation conséquente du nombre de travaux non rémunérés. Dans le même temps, la précarisation du travail issu de l'économie numérique et de plate-forme se manifeste également par une augmentation effective du temps de travail.

Mais le développement technologique à lui seul n'explique pas les défis persistants dont nous avons été témoins en matière de régulation du temps de travail. Ces défis sont également enracinés dans la culture et l'idéologie. L'hégémonie des discours individualistes, dont certaines versions non critiques des récits de l'entrepreneuriat en sont un exemple clair, contribue à créer une vision très biaisée des effets de la déréglementation du temps de travail qui minimise systématiquement ses coûts pour les travailleurs. Les intervenants de ce séminaire ont présenté des données solides, suggérant que des formes de flexibilisation du temps de travail en Europe avaient été conçues et réalisées en ayant presque exclusivement à l'esprit les impératifs et les besoins des employeurs.

Cela nous fait nous interroger sur l'inévitabilité de la relation entre le développement technologique et l'intensification de l'exploitation du travail. Il est vrai que telle a été la réalité des quatre dernières décennies, comme c'était le cas au premier siècle après la révolution industrielle. Mais cela n'a pas toujours été le cas. En fait, la réduction globale du temps de travail en Europe, qui a eu lieu jusqu'aux années 1980, a également été rendue possible grâce au développement technologique et aux énormes augmentations de productivité qu'elle a permises.

La vraie question est alors de savoir comment répartir les acquis du développement technologique. Et ces gains peuvent être mesurés non seulement en termes de revenu, mais aussi en termes de temps. Si tel est le cas, alors la stagnation du temps de travail au cours des quarante dernières années est le symptôme, outre la stagnation des salaires, d'un problème plus large d'affaiblissement du mouvement syndical et de sa capacité à forcer une répartition équitable de ces gains.

La réduction du temps de travail est et devrait être un sujet-clé de la négociation collective. En ce sens, nous devons tenir compte de trois questions : ce qu'il faut négocier ; comment accroître la force de négociation; et comment garantir la mise en œuvre de ce qui est convenu.

En ce qui concerne la première question, la réduction du temps de travail ne peut être considérée isolément. La promotion efficace de la réduction du temps de travail doit tenir compte du travail dans toutes ses dimensions. C'est pourquoi la définition du travail décent proposée par l'Organisation internationale du travail est si utile. Elle souligne la centralité du temps de travail pour le travail décent, mais se mêle à d'autres éléments cruciaux tels que les salaires équitables, l'intensité du travail, la santé et la sécurité. Elle sera peu utile si la réduction du temps de travail est réalisée en augmentant le taux d'exploitation du travail dans les heures de travail restantes. Et il sera difficile d’obtenir le soutien des travailleurs pour la réduction du temps de travail si cette réduction devait impliquer la réduction des salaires déjà bas. Il est donc nécessaire de construire des solutions créatives, pouvant articuler les différentes dimensions du travail décent. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous pourrons obtenir le soutien des travailleurs et de l'opinion publique à la cause des syndicats dans cette question.

La deuxième question traite de la force de négociation des mouvements ouvriers. Il est d'une importance capitale de sensibiliser les gens aux avantages de la réduction du travail, même pour les entreprises elles-mêmes. Cela peut être fait en soulignant comment des heures de travail plus courtes augmentent la productivité et le résultat du travail, que la violation des normes concernant le temps de travail est une forme de concurrence déloyale ou que la réduction du temps de travail peut être un outil important pour réduire l'absentéisme des travailleurs. .

D'autre part, nous devons faire une évaluation réaliste du contexte social et économique, en reconnaissant qu'il pose des risques mais qu’il offre aussi des opportunités. Les défis de la réglementation du temps de travail et de la réduction du temps de travail ont été amplement discutés au cours du séminaire. Les travailleurs sont beaucoup plus isolés et vulnérables dans les économies de plates-formes. Les employeurs ont à leur disposition et mettent en œuvre des méthodes de surveillance de plus en plus strictes sur leurs travailleurs.  Les multinationales sont en mesure d'imposer un nivellement vers le bas entre les États en termes de législation du travail, sous la menace de la délocalisation. Et elles n'ont montré aucun scrupule à utiliser illégalement des travailleurs d'un pays pour saper les grèves et les protestations des travailleurs dans un autre pays.

Ces difficultés sont bien réelles, et il serait insensé de les sous-estimer. Mais nous devons aussi apprécier les opportunités que nous offrent les nouvelles (et anciennes) technologies de l'information et de la communication. Ces technologies peuvent jouer un rôle central dans la création et le développement de solides réseaux de solidarité nationaux et internationaux en faveur des droits des travailleurs. Ils peuvent également être un outil puissant pour contourner les préjugés des médias traditionnels contre les syndicats et leur sous-déclaration des conflits de travail et de travail, par exemple, par le biais de campagnes créatives sur les médias sociaux de dénonciation publique et d'humiliation des employeurs qui violent systématiquement les droits des travailleurs.

Finalement, il reste la question de savoir comment mettre en œuvre les résultats de la négociation. C'est une illustration des avantages de la négociation collective. Les conventions collectives sectorielles contraignantes sont elles-mêmes un moyen particulièrement efficace de contrer l'isolement et la rotation élevée des travailleurs dans plusieurs secteurs économiques de la nouvelle économie.

La réduction du temps de travail est et doit continuer d'être un enjeu central pour les mouvements de travailleurs. Sa réalisation est primordiale pour une société où le travail décent est la norme. Des heures de travail plus courtes sont cruciales pour un équilibre plus sain entre les différentes sphères de la vie dont nous faisons partie. Notre épanouissement en tant qu'êtres humains repose sur cet équilibre. Il est indéniable que le travail est un élément important de cet épanouissement. Mais notre vie familiale et notre capacité à participer, politiquement et civiquement, à nos sociétés et à apporter notre contribution au bien commun le sont aussi. La réduction du temps de travail est donc une condition non seulement pour accroître le bien-être et le bonheur des travailleurs européens, mais aussi une étape-clé vers le renforcement et l'approfondissement de la démocratie en Europe.

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn