Travail numérique – travailler n'importe quand, n'importe où – l'incidence sur les travailleurs, leurs familles et la société

Le Mouvement des travailleurs et des travailleuses chrétien(ne)s européen(ne)s (EBCA/ECWM/MTCE), s’est réuni à Birmingham (RU), du 18 au 20 octobre 2018, dans le but de discuter de l’influence des technologies numériques sur les gens. En l’occurrence, la dimension du travail et de la vie familiale était placée au centre de la réflexion. Le titre du séminaire, organisé avec l’aide financière d’EZA et de l’Union européenne, était « Travail numérique – travailler n'importe quand, n'importe où – l'incidence sur les travailleurs, leurs familles et la société ».

On est parvenu aux conclusions suivantes :

La numérisation a des dimensions positives et négatives. Le défi consiste à concevoir ces développements. Ici, il convient de se demander comment les travailleurs et les travailleuses font face en privé et surtout au travail aux changements en résultant ou comment s’assurer globalement que la dignité humaine est respectée et protégée. Les développements techniques doivent donc servir les gens et non inversement. L’être humain est sacré pour nous, parce qu’il est l’image de Dieu. Cette perspective optimiste est obscurcie par les craintes à prendre au sérieux et l’oligarchie des médias envahissantes. Simultanément, la numérisation est parfois source de surmenage pour les gens, à partir du moment où les frontières entre le travail et les loisirs s’estompent, où chaque étape et chaque remarque peuvent être surveillées, où le monde numérique tout entier est toujours présent autour de la table familiale, où les contextes et les procédés techniques ne peuvent être ni saisis ni compris. Un aspect également particulièrement pertinent pour les travailleurs et les travailleuses insuffisamment mis en lumière du point de vue des participants et des participantes à la discussion, c’est également le côté écologique de la numérisation. Outre les processus de transformation numériques, on doit se consacrer également à la transformation écologique. La question de la croissance doit être reliée à la dignité humaine et à l’écologie qui garantit les moyens d’existence pour nous tous.

 

Les travailleurs et les travailleuses chrétien(ne)s veulent aborder activement et en toute confiance les défis suscités par la numérisation. À cet effet, ils/elles ont recours à l’approche méthodologique pour saisir et regrouper les expériences de la population active. Ils/elles veulent encore renforcer la collaboration avec les syndicats, la politique et l’ensemble de la société civile et introduire et souligner les valeurs chrétiennes dans les discussions. En raison de la complexité du thème, la formation semble être la clé centrale pour la conception du processus. Les participants et les participantes traiteront donc, entre autres, de la réflexion de la Commission sociale de la COMECE sur le thème de « L’avenir du travail » et l’enrichiront d’autres expériences. À cet égard, le groupe de coordination accompagnant le projet engagera les premières étapes de travail lors de sa réunion de suivi. Dans le cadre du centième anniversaire de l’OIT, une contribution sera apportée et les possibilités de réseautage seront utilisées.

 

Les mesures esquissées ici représentent les premiers éléments de conception active en termes de société dignement humaine dans le monde numérique qui montrent que les défis sont relevés. Le chemin entamé sera poursuivi en 2019 dans le cadre du séminaire d’EBCA.

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn