Le monde numérique du travail : Industrie 4.0

Du 10 au 12 octobre 2018, un séminaire portant sur le thème « Le monde numérique du travail : Industrie 4.0 » s’est déroulé à Milan en Italie, organisé par FLC (Fondazione Luigi Clerici), avec l’aide financière d’EZA et de l’Union européenne.

L’objectif du séminaire était d’analyser la numérisation du monde du travail, en soulignant ici qu’il était important de promouvoir, d’une part, la transition vers un emploi qualifié et axé sur les besoins et, d’autre part, d’aborder les conséquences sur le nombre de travailleurs et de travailleuses ainsi que sur la rémunération. Pour aborder le thème de l’industrie 4,0 en tant que valeur ajoutée pour le dialogue social, des intervenant-e-s de différents domaines et de différents pays ont abordé le sujet du point de vue de la formation professionnelle et des entreprises. Il est crucial de comprendre comment, par exemple, le rôle pédagogique des écoles et des universités est renforcé, comment les expériences avec l’évolution de l’école et de la profession se sont améliorées et la préparation des étudiant-e-s partenaires aux compétences, qui sont indispensables pour l’industrie 4,0, peuvent être alignées. Il a également souligné la nécessité de former une main-d’œuvre active afin d’augmenter les qualifications moyennes ou basses et de combler les lacunes en matière de TI chez la majorité des travailleurs et des travailleuses.

Le séminaire a été ouvert par Dr. Paolo Cesana (directeur de la Fondation Luigi Clerici/FLC) et Piergiorgio Sciacqua (vice-président d’EZA). Piergiorgio Sciacqua a introduit globalement les participant-e-s au thème, tandis que Dr. Paolo Cesana a expliqué comment la FLC avait l’intention de traiter le thème. Au cours de cette introduction, les attentes des participant-e-s ont également été prises en compte.

La numérisation et les technologies jouent un rôle important dans les processus de progrès et d’automatisation. Ils peuvent certainement être perçus comme opportunité, parce qu’à ce moment historique ils sont profonds, mais ils doivent être surveillés avec une attention critique. En outre, Il est  important de se rappeler le rôle fondamental joué par la politique de formation, de formation professionnelle et d’emploi dans ce domaine, étant donné qu’elle est essentielle au développement personnel et à l’aptitude, non seulement pour les compétences professionnelles, mais aussi pour les  compétences sociales, créatives, émotionnelles et les qualités du leadership afin que les gens puissent maîtriser le développement technologique.

Ces aspects sont très importants, surtout en ce qui concerne la phase juvénile qui consiste à développer les penchants des adolescents, de manière à ce que leur intégration dans le monde du travail soit couronnée de succès. Une coopération étroite entre les écoles, les universités, la vie économique et les syndicats est nécessaire, étant donné que tous ces acteurs jouent un rôle important dans la formation et l’emploi des jeunes.

Le thème « INDUSTRIE 4.0 : une valeur ajoutée pour le dialogue social » a été repris par des exposés sur les aspects suivants :

  • Industrie 4.0 : la politique régionale dans le domaine de la formation et du travail
  • La formation et l’innovation industrielle
  • Analyse des scénarios internationaux et des perspectives d‘avenir
  • Le rôle des marques technologiques dans les processus d‘industrialisation
  • Les changements dans le monde du travail à l’ère du numérique
  • Les nouveaux  modèles économiques dans l’économie numérique

Une table ronde sur les différents niveaux de numérisation dans le monde du travail a mis en lumière les expériences roumaines, portugaises, serbes, espagnoles, allemandes et lituaniennes.

À la fin du séminaire, les questions et les aspects suivants pour l’emploi ont été discutés concernant les aspects suivants :

- Y-a-t-il encore du travail pour tout le monde ? Quel est le travail de l’avenir ? Comment pouvons-nous changer la société de manière à ce que ses membres puissent mieux participer à l’élaboration de ces changements ?

- La formation est très importante en cette période de changement. La formation de base ainsi que la formation avancée et la formation continue doivent être adaptées aux besoins des personnes, pour qu’elles obtiennent une qualification adéquate  afin de faire face à la numérisation des nouvelles technologies.

- À l’avenir, de nombreuses nouvelles qualifications devront être dispensées. L’intelligence sociale deviendra importante : la capacité d’aborder les autres, la pensée adaptative pour trouver constamment des solutions, la compétence interculturelle, la capacité de travailler dans des environnements virtuels et de gérer le stress cognitif.

- Dans le débat, l’importance de l’expérience professionnelle et le développement des compétences spécialisées et professionnelles et des compétences souples ont été soulignés. Les jeunes, qui se préparent à entrer dans la vie professionnelle, ont été encouragés à profiter de toutes les possibilités d’expérience dans les entreprises, étant donné qu’elles sont importantes non seulement pour le développement personnel, mais aussi pour les travaux futurs. Le besoin de connaissances en plusieurs langues a également été souligné.

- La société est actuellement dans une situation complexe, étant donné qu’il est difficile de prédire le développement futur. Nous sommes au milieu de changements majeurs qui remettent en question non seulement le monde du travail, mais l’ensemble du tissu social. L’économie sociale de marché est un système qui devrait être basé sur l’intégration et non pas l’isolement, sur le dialogue et non pas le monologue ; elle doit apporter la prospérité pour tous, et non seulement pour quelques-uns.

La numérisation a également entraîné une plus grande concurrence et un marché international transrégional. Cette concurrence, dont personne ne peut se libérer, exerce une grande pression sur le système salarial et le système de sécurité sociale. Le dialogue social a pour tâche de résoudre ces problèmes.

 

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn