Nouvelles formes de travail et mobilité européenne

Du 19 au 21 octobre 2018 un séminaire portant sur les « Nouvelles formes de travail et mobilité européenne » a eu lieu, organisé par l’UNAIE (Unione Nazionale Associazione immigrati e emigrati), avec l’aide financière d’EZA et de l’Union européenne. Environ quatre-vingt représentants d’organisations de travailleurs venus de Belgique, de Croatie, de Bulgarie, de France, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, du Portugal, de Roumanie, de Slovaquie, de Finlande et de Serbie ont participé au séminaire.

Le séminaire était divisé en quatre sessions, chacune axée sur la perspective unique du sujet principal « Nouvelles formes européennes de travail et de mobilité ».

Au cours de la première session, on a discuté de l’introduction au sujet. Alberto Tafner (président de l’Association Trentini nel Mondo) a ouvert le séminaire, expliquant ce qu’étaient les nouvelles formes d’emploi. Nikhil Datta du Royaume-Uni (University College London et London School of Economics) a parlé des résultats de l’expérience de la section transversale, menée sur les travailleurs exerçant de petits boulots L’objectif de cette analyse est l’équilibre entre la précarité et la souplesse des travailleurs exerçant de petits boulots. Paolo Cagol, d’Italie (président de l’Association Eutopia), a discuté du concept de précarité et des différentes perceptions individuelles, dépendant des combats socio-économiques et culturels. Vittorino Rodaro d’Italie (Conseil d’administration de la plate-forme PICM) a parlé de l’opportunité et de la précarité liées au pilier des droits sociaux.

Samedi matin, la deuxième session a accueilli les discours des représentants syndicaux des travailleurs et des experts du dialogue social. Jukka Ahtela, de Finlande (Commission économique et sociale européenne) a parlé de la sécurité des travailleurs et de la nécessité de changement afin de garantir l’accès au bien-être à tous les travailleurs, en gardant l’exemple de la Finlande. Rachele Berlese d’Italie (ADAPT, Université de Bergame), a discuté du rôle du dialogue social et de la stratégie différente adoptée par le pays européen au sujet de l’industrie 4,0.

Mario Grasso (Syndicat des travailleurs UILTUcs) a parlé de la condition des travailleurs de la plate-forme et du coût humain de l’économie des petits boulons, il a analysé les problèmes et la faible capacité d’appauvrir ce genre de travailleurs. Manuela Terragnolo, qui a remplacé Franco Laneselli lors du séminaire, d’Italie (Syndicat des travailleurs CGIL), a parlé des différences causées par les nouvelles formes d’emploi dans la vie des travailleurs, en outre dans la relation entre les travailleurs et entre les travailleurs et les syndicats, et comment les syndicats devaient changer de stratégie et d’approche pour cerner cette nouvelle réalité.

Samedi après-midi, la troisième session était focalisée sur la formation, les phénomènes de mobilité et les droits liés aux nouvelles formes d’emploi. Zak Kilhoffer, de Belgique (Centre européen d’Etudes politiques), a discuté du faible accès au bien-être et aux droits sociaux des travailleurs de la plate-forme. Frédéric Spagnolli de France (Université Franche-Comté) a expliqué comment la politique universitaire avait changé au cours des dernières années en fonction de l’exigence de nouvelles compétences du marché du travail. Edith Pichler d’Allemagne (Université de Postdam) a parlé de l’immigration européenne en Allemagne et des conditions de travail des immigrants souvent employés sous de nouvelles formes de contrat ainsi que de la tentative accomplie par le Gouvernement allemand, elle a également discuté du risque élevé que ces nouvelles formes ne deviennent un ghetto social si elles ne sont pas réglementées. Rumen Valchev, de Bulgarie (Fondation du centre de formation ouverte) a expliqué la situation bulgare concernant la très grande mobilité des jeunes et la réglementation établie par le Gouvernement sous la pression du syndicat des travailleurs pour contrôler les nouvelles formes d’emploi.

Dimanche matin, la quatrième et dernière session était consacrée aux interventions directes des déposants et au débat entre le public et les intervenants. Davide Dal Maso, d’’Italie (alerte sociale), coach de médias sociaux et formateur scolaire a parlé du problème pédagogique lié aux nouvelles compétences demandées sur le marché du travail, et il a expliqué le risque d’analphabétisme numérique et le manque profond de connaissances sur la nouvelle technologie, en outre parmi ceux qui doivent la réglementer. Il a également expliqué les problèmes qu’il avait rencontrés au début de sa carrière parce que sa profession n’existait pas encore. Manuel Bazzanella d’Italie (Mosaïque numérique) a expliqué les problèmes administratifs liés à la réglementation très inégale des professions technologiques de haut niveau, où les lois bureaucratiques et de sécurité ne peuvent pas se maintenir à la même vitesse que la mise à jour numérique. Il a parlé du risque de nuée mondiale de travailleurs et de clients, de l’incompatibilité des lois gouvernementales qui bloquaient souvent le processus et du faible changement de justice si quelque chose ne marchait pas avec les collègues virtuels et les clients. Il a également expliqué ce qu’était l’espace de travail collaboratif, un incubateur de start-up où les professionnels partagent des salles et des compétences. Carol Leonardi et Marco brun, d’’Italie (Web4hit l) ont parlé de la décision de perdre les avantages offerts par la plate-forme, tels que la flexibilité et la mobilité, pour adopter un mode de travail plus traditionnel. C’est à cause de l’isolement professionnel et social subi sous les travails de plate-forme, la faible sécurité et l’impossibilité de diviser la vie privée et le travail. Tous les déposants ont parlé du concept des droits de déconnexion et des pires conditions de travail et de santé, avec des maladies liées au stress considérable, en raison du risque élevé de ne pas être payés et au problème d’être toujours joignable, Après une période en tant que travailleurs occasionnels de l’économie des petits boulots, tous les déposants sont passés à un statut plus traditionnel, cependant en travaillant toujours dans de nouveaux emplois numériques.

Après ce moment, ce fut le temps des débats, beaucoup de questions et d’idées ont été partagées, vérifiant que le sujet était réel et crucial.

Le séminaire a été conclu par Maurizio Tomasi qui a réfléchi sur le sujet et les différentes argumentations qui paraîtront dans les trois jours, éclaircissant les concepts-clés : le travail décent, la réglementation des besoins, éviter le ghetto social, la précarité et les droits sociaux. Il a focalisé la conclusion sur les besoins de réglementation et l’urgence de mise à jour de règles pour la sécurité des travailleurs sur le nouveau marché du travail dans le cadre de l’économie des petits boulots.

Les réels soucis au sujet de l’avenir paraîtront après ces trois jours de séminaire, et il était clair que les nouvelles formes d’emploi entraînaient plus de désavantages que d’avantages, en outre concernant les droits sociaux et le sentiment de sécurité.

Le dialogue social avec les syndicats, les travailleurs et les experts est nécessaire pour construire un avenir où les travailleurs pourront profiter de la nouvelle technologie au lieu d’être enterrés par celle-ci et où ils pourront profiter de ses avantages sans crainte. La politique et les syndicats des travailleurs doivent changer de stratégie prospective, de stratégie et de mentalité selon les nouveaux besoins du marché du travail, et le Gouvernement européen doit établir les réglementations de ces nouvelles formes de travail occasionnelles, de pauvreté et d’exclusion sociale. Les nouvelles formes d’emploi doivent devenir une opportunité et non une ruine. Les droits sociaux, la garantie d’accès au bien-être, un salaire minimum, la sécurité, la compatibilité entre la vie professionnelle et familiale et la dignité. Ce sont les clés de l’avenir du marché du travail.

Lors du séminaire, des représentants des syndicats de travailleurs, des associations italiennes d’émigrés et d’immigrants et de chercheurs étaient présents. Ceux-ci apporteraient à leurs régions des discours et des débats sur les nouvelles formes d’emploi, pour propager les significations les plus importantes du sujet. L’UNAIE ne travaille pas directement avec les institutions européennes, mais elle peut se déplacer et soutenir les principes d’équité entre l’Association des émigrés en Italie et à l’étranger. L’UNAIE peut amener le sujet au Gouvernement italien, à l’appui des citoyens européens qui vivent et travaillent à l’étranger, à l’intérieur des frontières européennes, grâce au lien avec le CGIE (Consiglio GENERALE degli Italiani All’Estero – Conseil général des italiens résidant à l’étranger). Le sujet a trouvé l’intérêt en raison de son urgence et de son actualité, et parce que cette révolution implique tout le monde à plus d’un niveau.

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn