L'Union européenne et la Méditerranée : travail, légalité, migration et intégration

Du 25 au 27 mai 2018, un séminaire a eu lieu à Pantelleria/Italie, portant sur « L'Union européenne et la Méditerranée : travail, légalité, migration et intégration », organisé par EFAL en collaboration avec MCL et EZA et financé par l’UE. Soixante-trois délégués de six pays européens : d’Italie, d’Autriche, de Malte, de Croatie, d’Espagne et du Portugal, ont participé au séminaire.

Pantelleria appartient à l’une des îles siciliennes de la commune de Trapani et elle est située dans la mer Méditerranée entre la Sicile et la côte de la Tunisie. Depuis le début des traversées de bateaux en Méditerranée, l’île a été et continue d’être un point focal pour les débarquements de bateaux en provenance d’Afrique du Nord. Pour cette raison, elle a été choisie comme lieu du séminaire.

Le débat sur le scénario cohérent pour la région méditerranéenne était au centre du séminaire, le travail se retrouvant au centre de la promotion et de l’intégration des arrivants.

L’importance de la région méditerranéenne au sein de l’UE pour ce processus a été soulignée au début du séminaire par le Président de la MCL, Carlo Costalli.

Giovanni la Vita, député européen, a souligné l’importance de créer une migration européenne unique et une politique étrangère commune et insisté sur la nécessité de mettre plus de ressources à disposition qu’aujourd’hui.

Dans ce contexte, le Prof. Andrea Ruggeri, de l’Université d’Oxford, a rappelé qu’il fallait développer des concepts politiques clairvoyants qui ne devraient pas s’orienter sur l’action immédiate.

Mgr Domenico Mogavero, évêque de Mazara del Vallo, a souligné la situation géographique de la Sicile, qui « représente, d’une part, la périphérie extrême de l’Europe, mais qui, d’autre part, sert principalement de pont entre l’Afrique et l’Europe ».

Jason Azzopardi, ancien ministre et député européen de Malte, a parlé de la situation migratoire à Malte, dans une insularité géographique comparable à celle de la Sicile

Tous les intervenants du séminaire ont insisté sur l’importance des travaux de promotion et d’intégration des migrants arrivant et se sont déclarés gravement préoccupés par l’exploitation continue de la main-d’œuvre et l’exploitation en général.

En Méditerranée, les tendances démographiques changent. Cela est dû à deux facteurs : à un taux de reproduction très faible dans le sud et à une fuite des cerveaux qui a lieu à l’étranger ainsi que dans d’autres régions. Par conséquent, aujourd’hui, l’arrivée des migrants dans certaines régions peut être une ressource dans certaines régions.

Les organisations de travailleurs doivent prêter attention au travail digne et à l’intégration sociale des migrants. L’instrument, qui peut garantir la dignité et le travail de la personne, reste le dialogue social au niveau européen. Le développement de certaines politiques européennes, telles que l’inclusion sociale, la lutte contre la discrimination, l’immigration et l’intégration, en tant qu’outils de renforcement de la cohésion sociale et de promotion d’une Europe inclusive, sont des éléments actifs du dialogue social.

Le séminaire s’est achevé autour d’une table ronde, au cours de laquelle les pays participants ont eu l’occasion de présenter et de discuter des divers systèmes d’accueil et des pratiques d’intégration qui marchent bien.

Comme l’a souligné Piergiorgio Sciacqua, coprésident d’EZA, à la fin du séminaire, les organisations de travailleurs doivent jouer leur rôle dans le dialogue social en tant que gardiens de la dignité du travail et de l’inclusion sociale.

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn