Le rôle des organisations de travailleurs dans l'intégration des réfugiés au marché du travail : ce qui est fait et ce qu'il reste à faire

Un séminaire sur « Le rôle des organisations de travailleurs dans l'intégration des réfugiés au marché du travail : ce qui est fait et ce qu'il reste à faire » a été organisé du 14 au 15 septembre 2018 par FIDESTRA (Association pour la Formation, la Recherche et le Développement Social des Travailleurs). Il s’est réalisé à Madrid et a été soutenu par le EZA et par l’Union Européenne.

L'importance du séminaire international

Dans un temps où l'agenda européen est marqué par le problème des mouvements de personnes, l'intégration dans les sociétés d'accueil reste un processus complexe et multiforme.

Il est urgent d'évaluer le cadre des réfugiés dans le domaine des relations professionnelles en identifiant les comportements et les attitudes des associations professionnelles (et des employeurs), des syndicats et de l'État ; ainsi que d’évaluer le processus d’intégration sociale et professionnelle des réfugiés dans l’UE.

En ce sens, le séminaire international réunissant 63 participants de 8 pays : Le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Slovaquie, les Pays-Bas, la Pologne et l’Albanie, a été organisé pour évaluer ce processus d’accueil/intégration.

Connaître les tâches, les qualifications et les conditions de travail de cette main-d'œuvre mobile, savoir s'il s'agit d'un simple processus de libre circulation des travailleurs ou d'un mouvement résultant d'un marché mal réglementé.

Évaluer les conditions de travail dans certains secteurs, en particulier ceux qui emploient le plus cette main-d'œuvre (tels que la construction, la restauration et l'hôtellerie et le travail domestique) ; la dynamique des secteurs en expansion, tels que le travail domestique et les soins aux personnes âgées.

Connaître la manière dont chaque pays se comporte, et essentiellement quelles actions il reste à mettre en œuvre.

La visite au CEPI de San Sebastián de los Reyes (Centre pour la Participation et l'Intégration des immigrés), centres financés par la communauté autonome de Madrid, a permis de connaître le travail en cours de développement, dans le cadre institutionnel, puisque les utilisateurs (immigrés) qui n'ont pas de travail doivent trouver une solution et traiter la documentation, en recevant une formation et accompagnement des techniciens à cette fin. C'est une réponse sociale, mais avec une forte composante administrative, bien qu’accompagnée d'actions d'intégration, basées sur la coexistence multiculturelle. A titre d'exemple, nous mettons en évidence 3 actions/activités développées ; Cours de connaissance du Droit du Travail Espagnol ; Cours d'Espagnol et activité multiculturelle.

Les CEPI (8 opérant à Madrid), sont une réponse du gouvernement de Madrid, pour l'intégration essentiellement des immigrés.

La deuxième visite au C.A.R. (Centre d'accueil pour réfugiés) de Alcobendas, (les CAR sont destinés à offrir un soutien complet des personnes qui ont besoin d’un soutien/asile international et il existe quatre centres) a permis d’évaluer sur le terrain la réponse de l’Espagne afin de permettre aux utilisateurs une véritable intégration, une formation initiale au niveau linguistique, puis ultérieurement, abordant les questions liées à l'employabilité ; toujours accompagné d'une préoccupation d'interaction culturelle et de réalisation d'activités en collaboration avec la communauté locale.

Une autre préoccupation de ce centre concerne les informations données aux utilisateurs sur les aspects des soins d’hygiène, de la prévention des maladies, ayant été créé un « Guide de Santé » dans plusieurs langues. Un soutien psychologique et juridique est également fourni.

Le parcours des demandeurs d’asile dans ces unités est estimé à deux ans au total, cependant, les personnes en situation de grande vulnérabilité finissent par avoir besoin de plus de temps.

« Le centre ne doit pas fonctionner comme une bulle ou un ghetto, il est très bon qu'il soit ouvert sur l'extérieur », car l'intégration est faite de partage et de coexistence, d'où l'importance extrême de développer des activités culturelles impliquant des coutumes des pays d'origine et du pays d’accueil, participant au processus d’inclusion, ont donc été mis au point des fêtes de carnaval, des concours, des foires gastronomiques, des ateliers de cuisine.

Chaque année en été, le C.A.R. de Alcobendas, en collaboration avec plusieurs organisations de jeunesse, des bénévoles, des groupes d'arts du spectacle et les utilisateurs eux-mêmes et la communauté, organise un grand événement avec le partage de plats typiques de chaque pays, un concours de bandes dessinées. L'événement « Navidad para Todos » a également lieu et concerne environ 600 enfants, qui sont ainsi éduqués pour les droits de l'homme, le multiculturalisme et la tolérance.

Il est important de souligner que le centre fonctionne dans un régime ouvert, les utilisateurs étant libres de sortir et de mener des activités à l'extérieur.

L’occasion de se retrouver côte à côte, dans la même pièce, après les visites des lieux, décideurs, politiques, experts et techniciens sur le terrain, conduit à ce que le résultat soit une somme de connaissances, d’interceptions, de volontés et de propositions concrètes, en vue de valoriser les ressources existantes, de faire connaître les témoignages et de concrétiser des idées, afin que les utopies se matérialisent dans la réalité, améliorant la vie de ceux qui ont été acceptés dans le passé, donnant espoir et intégration dans une société libre et démocratique qui respecte l'individu, sa culture, sa pratique religieuse et sa condition afin de se sentir plus proche de son foyer, de sa famille et de la société.

Afin d'évaluer les mesures prises au niveau local, régional et national et européen, pour contribuer à une Europe cohésive, sociale et économique ainsi qu'à une Europe de Paix, probablement le plus grand mérite du projet européen, à la séance de l'après-midi, le thème de l'intégration des réfugiés a été abordé avec la présentation de données statistiques, relatives aux mouvements migratoires dans la ville de Madrid, considérant que « la meilleure politique sociale en matière de migration est la professionnelle et développer la coexistence entre citoyens migrants et autochtones, dans le but de promouvoir la paix sociale »

Mais il est nécessaire de surveiller la croissance des flux migratoires afin de créer des structures capables de donner des réponses concrètes et positives, en mesurant les impacts et en informant la communication sociale du travail effectué sur le terrain ; la mise en œuvre de projets individuels et collectifs doit être encouragée afin qu’ils puissent se qualifier pour le monde du travail.

En ce qui concerne la réponse Politique donnée par l'Europe à cette question des mouvements Migratoires, et qui ne peut pas ne pas avoir une vision et une intervention Européenne, qui ne peut pas avoir des « europes avec des visions diverses », il convient de souligner Luis Pedro Mota Soares – Député Portugais, qui a évoqué le besoin de solidarité entre les peuples, soulignant que la réponse de la Communauté Européenne a néanmoins été très positive et que la réduction des impacts tend à être amoindrie. Il a également dit : « ...nous voulons une Europe libre, solidaire et démocratique, et c'est dans ces perspectives qu'il faut trouver des solutions aux problèmes des flux migratoires. » 

Ainsi que le ton dominant du discours de Piergiorgio Sciacqua – Coprésident d’EZA, qui a souligné : « Nous devons renforcer le dialogue moral, social et religieux », en tant qu'instruments de compréhension et de progrès. Encourager le dialogue interculturel afin de promouvoir le débat de différentes idées et visions dans le but qu’elles soient inclusives.

Nous avons besoin d’une politique européenne intégrée, destinée aux jeunes encore mineurs, afin de combler les difficultés culturelles tout en créant des attentes positives pour leur avenir, sans être en choque avec les principes de notre expérience européenne.

Il doit exister un large accord politique respectant le multiculturalisme, mais le chemin est long, il existe une barrière entre les cultures et les différents modèles d'intégration doivent donc avoir des caractéristiques communes, en ce qui concerne la philosophie de l'accueil, de sorte qu'ils soient adaptés à la réalité locale du centre.

Conscients que les conditions d'accès des réfugiés au marché du travail varient d'un État Membre à l'autre, il a été jugé utile d'évaluer : le cadre des réfugiés dans le domaine des relations professionnelles en identifiant les comportements et les attitudes des associations professionnelles (et des employeurs), des syndicats et de l'État ; ainsi que d’évaluer le processus d’intégration sociale et professionnelle des réfugiés dans l’UE.

Des représentants d'organisations de travailleurs en Grèce, en Italie et au Portugal ont expliqué les conditions d'accès des réfugiés au marché du travail.

Dans le cas de l'Italie, il est fait référence au témoignage de la situation de crise actuelle qui s'étend de 2014 jusqu’aujourd'hui.

En Italie, où le taux de chômage est élevé, en particulier chez les jeunes, ces problèmes des réfugiés s’aggravent. Des centres d'accueil extraordinaires ont été mis en place pour faire face à l'augmentation du nombre de demandes d'entrée en Italie. La proposition est une compréhension européenne et internationale, avec des politiques et des projets communs, et non une Europe « à la carte ».

Dans le cas de la Grèce, des données et des exemples de la manière dont les réfugiés ont accès au marché du travail ont été présentés, dans le but d’intégrer et de réduire la crise sociale créé, en particulier dans un pays d’entrée.  Certaines conditions de développement des centres ont été présentées avec des images choquantes, sensibilisant les personnes présentes face à certains cas de maltraitance, par d'autres réfugiés, qui enfreignent les règles de base de la cohabitation et du respect des différentes cultures entre les réfugiés.

Il a également été mentionné l’accueil dans des résidences privées, au sein de familles pour combler les offres insuffisantes pour les besoins existants.

Dans le cas du Portugal, Mário Rui a présenté le cas de la plateforme PAR – Plateforme d'Aide aux Réfugiés, et du travail qui se développe depuis 2015. Il a également expliqué toute l’organisation du développement de l'accueil des réfugiés arrivant de la Méditerranée. Toujours en quête du respect des droits de l'homme.

Les défis présentés pour le futur, inspirés par le christianisme, du Pape François, ayant comme valeurs fondamentales de référence, l’humanisme, le personnalisme, le souci de la souffrance humaine et la recherche de la justice sociale. La PAR dispose de tout le soutien nécessaire pour l'inclusion sociale, culturelle, éducative, professionnelle et dans la santé, ainsi que pour l'insertion et l'intégration dans la communauté, en prenant pour objectif final, son autonomie.

Ainsi, les aspects les plus importants de ce séminaire ont été le rôle des organisations, en particulier des organisations de travailleurs, de sorte que l'intégration des étrangers, en particulier des réfugiés, sur le marché du travail, après leur accueil dans les sociétés d'accueil. Il est donc important de prendre en compte les réalités sur le terrain, visitant les centres d'accueil des réfugiés, échangeant de longues expériences de décennies sur le terrain, pour pouvoir témoigner de la réalité des premiers jours jusqu'à la pleine autonomie de chacun ou de chaque famille.

Comprendre les changements sur le marché du travail européen et les changements sociaux et politiques, dans ce contexte, est pertinent, et cela a été réalisé dans l'explication présentée par les différents pays participants.

Il a été reconnu que l'intégration sur le marché du travail, sur le principe que le travail rend digne, est l'un des moyens essentiels d'une véritable intégration.

Mais il était notoire 2 points qui nécessitent la participation des organisations de travailleurs ; l'attention à donner les conditions de travail dans certains secteurs, en particulier ceux qui emploient le plus cette main-d'œuvre (tels que la construction, la restauration et l'hôtellerie et le travail domestique) ; et dans les secteurs en expansion, tels que le travail domestique et de soins aux les personnes âgées, ainsi que

Il est important d'évaluer la manière dont chaque pays, en soi, met en œuvre la politique européenne en matière d'intégration des réfugiés sur le marché du travail et, essentiellement, les mesures qui restent à prendre.

Toutes les organisations, privées ou publiques, jouent un rôle déterminant dans l'accueil local des réfugiés, en les intégrant de manière plus simple et si leur séjour se déroule dans de petits centres, le succès a tendance à être plus grand, ayant une plus grande identité, facilité et confiance accrue entre ceux qui arrivent et ceux qui vivent dans ces communautés locales.

Le Pape François déclare que la vraie rencontre avec l'autre ne s'arrête pas à la réception, mais implique trois autres actions : Protéger, promouvoir et intégrer.

Le séminaire a réuni des experts du domaine, ayant l'expérience de la vie quotidienne, pour résoudre les difficultés qui se posent au fil des jours et des semaines, aux difficultés de la coexistence de personnes venant de différentes régions du globe, où les choses simples, comme se nourrir ou s'occuper ou éduquer leurs enfants, peuvent être un facteur de conflit latent, mais cela est résolu par les règles de base du bien vivre ensemble, du respect des décisions et du respect des autres et de leurs différences. Il n’existe pas de réponses complètes et communes en Europe, les pays surmontent leurs problèmes avec leurs propres solutions et se concentrent sur les régions où les centres sont insérés.

À partir des conclusions de ce séminaire, il est important de repenser de manière transversale et articulée les stratégies et les réponses de l’Union, des modèles d’intégration globale, qui permettent de prévenir les problèmes identifiés dans divers domaines, tels que : le travail, la santé, les questions sociales, économiques, éducatives, formatives, démographiques et religieuses et la réponse devrait commencer immédiatement dans le pays d'origine.

Un pays véritablement inclusif n’est pas celui qui reçoit, mais celui qui inclut.

Nous pensons que beaucoup de progrès ont déjà été accomplis, mais nous sommes conscients que la connaissance sur l’insertion professionnelle des réfugiés est encore insuffisante. Il est urgent de prendre des décisions qui contribuent au Dialogue Social Européen, dans ce nouveau cadre dans cette nouvelle géographie européenne, cette Europe qui vit des flux migratoires sans précédent, mais qui ne doit pas nécessairement être une Europe de Crise, nous non plus, les organisations de travailleurs, ne pouvons pas nous résilier du rôle fondamental que nous pouvons, et devons, jouer pour la construction d'une politique migratoire commune.

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn