Marché du travail inclusif

Un séminaire sur le thème « Marché du travail inclusif » s’est tenu du 13 au 16 septembre 2018 à Oradea, en Roumanie. Il était organisé par IFES (Institutul de Formare Economică şi Socială), avec le soutien d’EZA et de l’Union européenne. Ce séminaire a réuni 42 représentant(e)s d’organisations de travailleurs de 10 pays différents (Albanie, Bulgarie, Chypre, République tchèque, Lituanie, Moldavie, Serbie, Slovaquie, Espagne et Roumanie).

Quel a été l’aspect le plus important du séminaire ?

Le séminaire a donné l’opportunité à des organisations de travailleurs, notamment à des représentant(e)s de syndicats, d’être informées et de parler des réalités du marché du travail dans divers pays européens (Union européenne et États candidats à l’adhésion). Des problèmes tels que la qualité des emplois, la disponibilité des personnes à trouver un emploi, les efforts à fournir pour garder un emploi, le rôle et la contribution des syndicats pour garantir le caractère inclusif du marché du travail ont été soulevés par les intervenant(e)s et les participant(e)s tout au long des 3 journées du séminaire.

Pourquoi ce séminaire était-il si important à ce moment-là ?

La situation dans les pays participants est contradictoire. D’une part, dans les pays d’Europe de l’Est, les individus ont des difficultés à intégrer le marché du travail car ils n’ont pas les qualifications requises, ils ne répondent pas aux critères de sélection des employeurs ou les emplois ne sont pas attractifs en raison de salaires non satisfaisants. D’autre part, les employeurs se plaignent d’une pénurie de main d’œuvre, d’un manque de sérieux dans l’environnement de travail et de fluctuations du personnel. De plus, beaucoup de jeunes recherchent un emploi et il existe une grande mobilité de la main d’œuvre au sein de l’Europe et aux alentours. Un grand nombre de personnes ont actuellement un emploi qui ne leur permet pas d’échapper à la pauvreté.

Le marché du travail en Europe n’est pas inclusif. Il semble que la situation soit critique et montre que les politiques actuelles ne sont plus efficaces. Les partenaires sociaux devront être écoutés, la situation dans les différents pays devra faire l’objet de discussions et être comparée et les principales conclusions devront être transmises aux autorités.

Quels champs thématiques ont été abordés ?

- En direction d’une Europe plus sociale ? Une évaluation du potentiel des récentes initiatives de la Commission quant à la promotion d’un marché du travail plus inclusif.

- Semestre européen. De quoi s’agit-il ? Comment cela se passe-t-il sur le marché du travail actuel ?

- L’état de l’inclusion sur le marché du travail actuel ? Comment la proposition de l’Autorité européenne du travail peut-elle aider les individus à avoir un meilleur accès au marché du travail ?

- Le marché du travail européen est-il inclusif ? (puzzle)

- Un monde du travail en mutation requiert de nouvelles approches afin de garantir un marché du travail inclusif.

- L’éducation est-elle la clé pour accéder au marché du travail ? Quel type d’éducation ?

- Le marché du travail et son importance pour les communautés. Comment les autorités publiques peuvent-elles aider les personnes défavorisées à accéder au marché du travail ?

- Le rôle des structures associatives dans la formation de la main d’œuvre rurale travaillant en zone urbaine.

- Les bonnes pratiques dans le dialogue social actuel. Les perspectives pour un marché du travail plus inclusif.

Résultats du séminaire

Grâce aux thèmes abordés par les intervenant(e)s durant la première journée du séminaire, nous avons eu une réelle vision concernant les prévisions actuelles relatives à une Europe sociale. Les politiques sociales et les politiques pour l’emploi semblent être de retour dans les priorités de la Commission européenne. Depuis l’adoption du Socle social européen, l’agenda social est monté en première ligne sur l’agenda européen. Néanmoins, l’analyse des rapports du Semestre européen montre que pour le moment, les progrès concrets sont rares.

La deuxième journée s’est concentrée sur les caractéristiques concrètes des marchés du travail dans différents pays européens. Le marché du travail est assurément une réalité globale et diverse. Durant cette journée, les organisateurs du séminaire ont proposé de brosser un tableau du marché du travail européen aussi actuel, aussi concret et aussi proche de la réalité que possible. Le tableau du marché du travail européen a été dressé sous la forme de brèves présentations de projets, de situations, d’exemples tirés des médias ou d’expériences personnelles. Voici quelques exemples de ces présentations : une usine encourageant les jeunes à y occuper un poste ou ayant un bon programme de stages, un projet pour les personnes plus âgées afin de les aider à conserver leur emploi en actualisant leurs compétences professionnelles, une situation spécifique avec une personne souffrant de handicap ayant décroché un emploi, un projet pour les personnes défavorisées afin qu’elles améliorent leurs qualifications et trouvent un emploi, le cas d’une personne habitant en zone rurale qui a trouvé un très bon emploi, ainsi qu’un projet aidant les personnes en détention à préparer leur vie après leur sortie de prison. L’image qui émerge après avoir composé ce puzzle montre la diversité des aspects liés à l’inclusion du marché du travail, les dysfonctionnements et les moyens par lesquels les acteurs sociaux ont essayé de compenser le manque d’efficacité des politiques publiques.

Durant la dernière journée, les participant(e)s ont également discuté des aspects pratiques (les caractéristiques du marché du travail actuel, l’importance de l’éducation) et de certaines solutions pour des lieux de vie très sensibles (quartiers pauvres dans les grandes villes et zones rurales autour des grandes villes). Nous avons conclu en parlant du dialogue social (la manière dont il fonctionne de nos jours et dans nos pays, l’importance de ce type de problématiques pour les syndicats).

La majeure partie du séminaire était axée sur des problèmes pratiques et sur les solutions à apporter. L’implication des participant(e)s a été totale. Chacun d’entre eux s’est montré attentif aux cas, aux chiffres, aux solutions présentés par d’autres. Ces solutions ont insisté sur l’implication des partenaires sociaux dans les projets d’insertion sur le marché du travail, notamment via le dialogue social au niveau local et national, via le réseautage dans le but de diffuser les bonnes pratiques et via des rapports immédiats concernant les situations où l’accès au marché du travail ou la conservation d’un emploi peut faire l’objet de soupçons quant à d’éventuels abus ou à une violation de la loi. Des débats ont eu lieu sur le fait que différentes manières de s’attaquer aux problèmes peuvent être adaptées à d’autres endroits, dans d’autres pays. L’intégralité des documents du séminaire et des différentes présentations qui ont eu lieu est mise à la disposition de tou(te)s les participant(e)s de manière à ce qu’ils/elles puissent utiliser les propositions et les informations du séminaire dans leurs activités quotidiennes.

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »