Nouvelles formes d’emploi et nouvelles façons de travailler : l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi

Du 21 au 24 juin 2018 a eu lieu à Vienne /Autriche un séminaire sur les « Nouvelles formes d’emploi et nouvelles façons de travailler : l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi », organisé par CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens), avec le soutien d’EZA et de l’Union européenne. Le séminaire a fait partie de la coordination de projets d’EZA sur « Nouvelles relations de travail: numérisation et stratégies des syndicats ». 34 représentants d’organisations de travailleurs de Chypre, Autriche, Bulgarie, France, Pologne, Portugal, Serbie, Albanie et Lituanie ont participé au séminaire.

Les révolutions industrielles du passé ont vu les craintes initiales qui les ont précédées être surmontées, malgré des transitions douloureuses. Devons-nous attendre une même évolution pour les nouvelles technologies d’aujourd’hui, ou non ?

Cette nouvelle évolution nous pose des problèmes anthropologiques et éthiques. Quel sens donner au travail et à l’activité économique ?

L’Europe, loin de l’idéal des Pères Fondateurs, privilégie aujourd’hui la seule loi du marché, l’ultralibéralisme. L’homme sera-t-il au service de la machine ou l’inverse ? Ces craintes sont très présentes.

Quelle société voulons-nous bâtir en Europe et dans le monde ? Nous devons nous affirmer comme acteurs, établir un diagnostic commun, et agir en accord avec nos valeurs sociales-chrétiennes.

Les sujets suivants ont été abordés :

  • - Discours de bienvenue par Norbert SCHNEDL (GÖD, FCG, ÖGB ; Autriche)
  • - « Impact des nouvelles technologies : état des lieux et perspectives en Autriche, à Chypre, en Pologne et en Serbie par : Alfred GAJDOSIK (FCG, Autriche), Diomides DIOMIDIOUS (DEOK, Chypre), Ewa KEDZIOR (Solidarnosc, Pologne) et Njegos POTEZICA (Syndicat de l’Administration, Serbie).
  • -« Impact des nouvelles technologies sur l’avenir humain » par Joseph THOUVENEL (CFTC, France).
  • -« Les modes de gouvernance et de régulation des plateformes » par Odile CHAGNY (chercheuse à l’IRES, France).
  • -« La protection sociale des travailleurs des plateformes en France » par Pierre JARDON (CFTC, France).
  • -« L’influence des nouvelles technologies sur le développement personnel des salariés » par Frédéric BERDEAUX (conseiller en droit social et ressources humaines, France).
  • -« La situation en Albanie » par Bibil KASMI (SAUATT, Albanie).
  • -« Travailleurs des plateformes : initiatives et vision d’ÖGB » par Andreas GJECAJ  (FCG, Autriche).
  • -« Les nouvelles relations de travail : la numérisation et les stratégies des syndicats » par Jelena SOMS (LDF ; EZA ; Lituanie).
  • -« Elaboration de propositions par 3 sous-groupes sur les thématiques : équilibre des temps de vie, protection sociale et précarité » coordonnée par Cécile BLONDELON (CFTC, France).
  • - Conclusion du séminaire par Joseph Thouvenel (CFTC, France).

Résultats :

- Prendre en compte la subordination économique du travailleur et non un statut fictif, dans les faits, d’indépendant. Lui assurer la protection sociale à laquelle il a droit. Poser un cadre juridique à cet effet, au-delà du cadre national, en identifiant celui qui contrôle économiquement le travailleur.

- Assurer, pour les nouvelles activités, une assiette équitable pour le financement de la protection sociale et la contribution au financement des dépenses publiques.

- Contrôler les algorithmes et exiger leur transparence publique pour connaitre et juger des valeurs et objectifs de leurs auteurs.

- Prendre en compte le consentement éclairé des individus relativement à la propriété des données. S’opposer à une surveillance permanente des travailleurs et leur assurer un droit à la déconnexion

-Accorder une priorité absolue à l’éducation et à la formation, tout au long de la vie. Dégager les moyens, en les ciblant en priorité sur les chômeurs et les non qualifiés. Lutter contre le risque de polarisation de la société.

- Œuvrer pour la définition de minimums européens en la matière.

Conséquences sur le travail 

Mettre l’humain au cœur de nos actions, et ceci dans toutes ses dimensions, y compris spirituelle.

Refuser la fatalité : l’histoire a toujours été le résultat de la volonté (ou de l’indifférence voire de la lâcheté) des hommes.

Le monde de demain sera ce que nous en ferons. Affirmons nos idéaux et œuvrons en accord avec nos valeurs sociales-chrétiennes.

 

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn