La nature changeante du monde du travail, numérisation et incidence sur la législation du travail, les salaires, les systèmes de sécurité sociale et le dialogue social

Du 18 au 20 mai 2017, une conférenceinternationale sur « La nature changeante du monde du travail, numérisation et incidence sur la législation du travail, les salaires, les systèmes de sécurité sociale et le dialogue social » s’est tenue à Vilnius. La conférence était organisée par le syndicat lituanien « Solidarumas », en liaison avec EZA (le Centre européenne pour les travailleurs) et cofinancée par l’Union européenne.

La conférence faisait partie de la coordination de projets d’EZA sur le « monde numérique du travail – les développements technologiques et les changements sur le lieu de travail ».

Ce qui attend les travailleurs à l'avenir et dans quelle mesure la protection du travail et la sécurité sociale seront-elles garanties?

Quelles actions devraient être entreprises par les syndicats pour s'assurer qu'ils suivent les changements technologiques, facilitent l'adaptation des travailleurs aux changements et cherchent à assurer la protection sociale de tous les travailleurs

La conférence visait à donner un aperçu des changements sur le marché du travail en raison de l'avancement technologique. Le rythme toujours croissant des technologies de pointe a exercé une influence sur la fameuse révolution industrielle 4.0. Il est naturel que les changements qui se déroulent dans la sphère économique influent sur les changements sociétaux. La numérisation et la robotisation dans les secteurs de l'industrie et des services apportent des changements pertinents dans le monde du travail. Aujourd'hui, nous assistons à l'émergence de nouvelles relations professionnelles et de formes d’emploi innovantes.

L'un des principaux objectifs de la Commission européenne dirigée par Jean-Claude Juncker est de créer un marché numérique unique qui soit un marché qui garantit la libre circulation des biens, des personnes, des services et des capitaux. Un marché numérique unique peut contribuer à une croissance plus rapide de l'économie européenne, promouvoir la croissance de l'emploi, favoriser la compétitivité et l'esprit d'entreprise axé sur l'innovation ainsi que créer de nouvelles opportunités pour la création et le développement des entreprises existantes.

La révolution industrielle 4.0 ouvre de nouvelles opportunités mais présente en même temps certaines menaces. À la suite de cette révolution, les disparités et les inégalités entre les pays concernés et dans les pays peuvent encore augmenter.

Dans ces circonstances, le monde du travail subit un important processus de changement. Que faut-il faire à l'échelle nationale et quels défis devraient être relevés par les organisations internationales telles que l'OIT et la CES ? Comment devrions-nous nous adapter aux changements actuels ? Comment les relations professionnelles risquent-elles d'évoluer ?

Ce qui attend les travailleurs à l'avenir et dans quelle mesure la protection du travail et la sécurité sociale seront-elles garanties ?

Quelles actions devraient être entreprises par les syndicats pour s'assurer qu'ils suivent les changements technologiques, facilitent l'adaptation des travailleurs aux changements et cherchent à assurer la protection sociale de tous les travailleurs ?

Les thèmes-clés discutés durant la conférence étaient les suivants :

·         l’avenir du monde du travail dans le contexte des changements technologiques

·         le travail décent pour tous. Les conditions de travail. Les salaires. Les protections sociales.

·         Le changement du monde du travail. L’organisation du travail. Le nouveau rôle du dialogue social.

Le 18 mai, le lieu de la conférence était le centre de conférence « Karolina ». Mme Kristina Krupavičienė, présidente du syndicat lituanien « « Solidarumas » a souhaité la bienvenue aux participants. Elle a aussi donné un aperçu de la conférence, soulignant l’actualité des questions-clés à discuter. La personne suivante à aborder la conférence était la représentante d’EZA, Mme Jelena Soms, coordinatrice du projet d’EZA sur« Le monde numérique du travail – le développement technique et les changements sur le lieu de travail ». M. Thiébaut Weber, secrétaire confédéral de la Confédération syndicale européenne et M. Luis Colunga, secrétaire général adjoint d’IndustryAll ont souhaité la bienvenue aux participants.

La représentante d’EZA, Jelena Soms a fait une présentation sur « L’avenir du travail dans le contexte des changements technologiques ». Elle a donné un aperçu des activités entreprises par EZA dans le cadre du projet « Le monde numérique du travail – le développement technologique et les changements sur le lieu de travail » et elle a fourni des informations détaillées sur les six différents séminaires organisés (certains d’entre eux devant être encore tenus) par EZA, faisant partie du projet en question.

 

Au cours de la présentation, les sujets suivants ont été discutés : la position de la Commission européenne, l’avenir possible du monde du travail, les menaces et les opportunités, les défis, la numérisation du point de vue de la compatibilité entre vie professionnelle et familiale et le rôle des syndicats.

 

Au cours de la discussion qui s’est ensuivie, de nombreux commentaires ont été faits sur l'influence de la numérisation et de la robotisation (smart phones, travail sur les plateformes en ligne, etc.) sur notre vie quotidienne et les éventuels changements sociétaux. Des préoccupations ont été soulevées au sujet de l’avenir, par exemple, comment les taxes seront collectées, si les êtres humains seront remplacés par des robots et qui utilisera le produit final s'il y a beaucoup de chômeurs etc.

 

Le 19 mai, la conférence a eu lieu dans la Salle de la Constitution du Seimas (Parlement) de la République de Lituanie. La première partie de la conférence intitulée « L'avenir du travail dans le contexte des changements technologiques » a été animée par Mme Kristina Krupavičienė, présidente de LPS « Solidarumas ». Les participants à la conférence ont également été abordés par M. Algirdas Sysas, président de la Commission des affaires sociales et du travail du Seimas lituanien. M. Sysas a mis en lumière les changements en cours sur le marché du travail, l'évolution des relations industrielles et la capacité des syndicats à influencer les décisions politiques en Lituanie. Selon le conférencier, « le capital exerce plus d'influence sur les décisions politiques, par rapport à l'influence des syndicats. Nous assistons à une importante exclusion sociale dans le pays et aux salaires les plus bas de l'UE. En outre, le système de négociation collective est sous-développé, et l'assurance chômage n'est versée qu'à un petit pourcentage de personnes qui ont perdu leur emploi ». La bonne nouvelle est que les problèmes de la Lituanie ont déjà été abordés par l'UE et identifiés par la Commission européenne dans ses recommandations développées pour les Etats membres de l'UE etc.

 

Mme Maria Helena André, directrice du Bureau des activités des travailleurs (ACTRAV), Organisation internationale du travail, a souhaité la bienvenue aux participants de la conférence par une présentation vidéo, démontrant ainsi l'utilisation des technologies de pointe. Elle a introduit la nouvelle « initiative de l’avenir du travail », lancée par l’OIT. Le monde du travail subit un important processus de changement. Il est directement influencé par des facteurs-clés tels que la mondialisation, le changement climatique, les changements démographiques, l'impact technologique ainsi que la solidité financière et la concentration de l'économie mondiale, pour n'en nommer que quelques-uns. Les innovations technologiques et leur développement continu ont toujours influencé le monde du travail. Cependant, les changements auxquels nous avons été exposés au cours des dernières années sont sans précédent. Afin de mieux comprendre et de répondre efficacement à ces nouveaux défis, l'Organisation internationale du travail a lancé en 2015 la nouvelle « initiative de l'avenir du travail » qui se poursuivra jusqu'en 2019, lorsque le centenaire de l'OIT sera commémoré. Le but de l'initiative est d'impliquer la circonscription tripartite de l'OIT, les représentants des travailleurs, des employeurs et des gouvernements, de façon complète et universelle et aussi de les porter au-delà du monde académique et de tous les autres acteurs pertinents et intéressés afin de s'attaquer conjointement aux défis dans le monde du travail, de trouver des solutions pour façonner le monde du travail, ce qui serait attrayant pour tous, en vue de promouvoir la justice sociale et le travail décent pour tous. « L'initiative centenaire de l'avenir du travail » est structurée autour de quatre « conversations centenaires » : le travail et la société, des emplois décents pour tous, l'organisation du travail et de la production et la gouvernance du travail.

 

M. Ramūnas Darulis, qui a remplacé Mme Eglė Radišauskienė, vice-ministre de la Sécurité sociale et du Travail de la République de Lituanie durant la conférence, a fait une présentation sur les tendances de l’emploi et les changements sur le marché du travail lituanien. L'analyse de la structure de population salariée du pays selon les groupes d'âge révèle qu'il y a une baisse annuelle relative de l'âge des personnes en activité de vingt-cinq à cinquante-quatre ans et du poids croissant des jeunes et des personnes âgées impliquées dans le marché du travail. Même la part des retraités en activité augmente légèrement. La participation croissante des jeunes et des personnes âgées sur le marché du travail montre que, compte tenu d'une forte vague d'émigration et d'une pénurie croissante de main-d'œuvre qualifiée, des tentatives sont faites sur le marché du travail pour utiliser plus efficacement les ressources de travail disponibles. 

 

Les secteurs économiques employant le plus grand nombre de personnes sont restés inchangés pendant plusieurs années, y compris le commerce de gros et de détail, la fabrication, l'éducation, l'agriculture, la foresterie et la pêche, la construction, les transports, les soins de santé, l'administration publique et la défense. Aujourd'hui, nous pouvons encore voir une différenciation prononcée des professions masculines et féminines. En 2016, la plupart des opérateurs et des assembleurs d’usine et de machines, ainsi que des travailleurs qualifiés et des artisans étaient des hommes, respectivement 81 et 78,3 pour cent. Une différence légèrement inférieure entre les hommes et les femmes est identifiée parmi les managers et les directeurs - 60,4 % des managers étaient des hommes, tandis que les femmes représentaient 39,6 %. Parmi les travailleurs hautement qualifiés agricoles, forestiers et pêcheurs, les hommes représentaient 60,0 %, alors que les femmes atteignaient 40,0 %. La plupart des femmes travaillaient comme employées de bureau et dans le secteur des services et de la vente - respectivement 75,7 et 74 %. La majorité, environ 44 % de la population active, ont suivi une formation universitaire ou collégiale. Au cours de la période en question, le nombre de personnes employées, ayant suivi un enseignement primaire ou une formation est passé de 3,3 % en 2011 à 4,1 % en 2015. Au cours de la période 2011-2015, le nombre de personnes employées ayant suivi une éducation de base et possédant des qualifications professionnelles a diminué de 4,9 mille et s'élevait à 28,2 mille en 2015. De même, le nombre de personnes employées ayant suivi un enseignement secondaire et possédant des qualifications professionnelles a également diminué de 5,2 mille, et en 2015 a atteint 254,1 mille. Le conférencier a conclu en disant que le marché du travail lituanien n'était pas encore entré dans la fameuse phase de la « quatrième industrie ». La transition vers la numérisation et l'innovation a été laissée au hasard. Cependant, des progrès récents ont été réalisés. Le Ministère de l'économie a développé une plateforme nationale « Industrie 4.0 ». Cette décision a été prise par le Gouvernement de la République de Lituanie en mai 2017. L'initiative vise à promouvoir des activités plus systématiques, à élargir le réseau de partenaires au niveau national et régional et à intégrer le pays dans le développement européen. Avant le lancement de cette initiative, le Groupe de travail, composé de la Confédération lituanienne des industriels (LPK), de l'Association lituanienne des industries de l'ingénierie LINPRA et de la Chambre de commerce allemano-baltique (AHK), a mené des travaux préparatoires.

 

Parmi les principaux défis en Lituanie, mentionnons l'absence de tout système de recyclage ou de perfectionnement des compétences et des qualifications. Cela rend difficile pour les personnes d’un certain âge de se réintégrer sur le marché du travail. L'attitude envers les personnes âgées devrait être modifiée en favorisant la prise de conscience de la société et des parties prenantes.

 

Après la présentation, les questions du public ont été soulevées au sujet de l'importance d'avoir la perspective à long terme, l'estimation pour les professions commercialisables et l'avenir des emplois. Cela semble être d'une importance particulière pour les personnes qui travaillent avec des élèves du secondaire.

 

M. Marius Vaščega, responsable de la gouvernance économique de la Commission européenne en Lituanie, a donné un aperçu des initiatives et des politiques actuelles adoptées par l'Union européenne. Sa présentation était intitulée « Industrie 4.0 et le monde du travail en mutation : Comment l'Europe réagira-t-elle ? » M. Vaščega a introduit l'évolution des révolutions industrielles, en présentant les quatre étapes suivantes des avancées industrielles : à la fin du 18ème siècle, la machine à vapeur a été inventée et l'utilisation industrielle de la vapeur et de l'énergie hydraulique a été lancée. La fin du 19ème siècle a vu l'émergence du partage du travail, de la production en série et de la consommation d'électricité à des fins industrielles. La deuxième moitié du 20ème siècle a été caractérisée par l'avancement des technologies de l'information et des processus d'automatisation, alors que le 21ème siècle est connu pour la « connectivité » toujours croissante des dispositifs et des capteurs à Internet, le déploiement des applications AI (intelligence artificielle) Les grandes données ainsi que IoT (Internet of Things). Ces innovations technologiques induisent des changements dans le monde du travail. Ainsi, le nombre de personnes employées dans le secteur des services augmente toujours ; de plus en plus de gens choisissent de nouvelles méthodes de travail, y compris le télétravail ; les travailleurs/employés changent beaucoup plus fréquemment d’employeur ; un nombre important de personnes travaillent à temps partiel ; la part des travailleurs âgés participant au marché du travail augmente.

 

Dans leur vie professionnelle, les gens sont déjà confrontés à des défis tels que l'adoption d'innovations radicales, le remplacement de contrats à long terme par des contrats à court terme et l'introduction de nouveaux types d'emplois. En outre, il faudra respecter davantage de compétences professionnelles, telles que la nécessité de poursuivre un apprentissage dynamique tout au long de la vie, ainsi que le besoin croissant de développement de compétences interdisciplinaires et de compétences créatives. Un emploi sur le lieu de travail sera remplacé par un emploi de garde, un emploi à zéro heure ou hors site. La compatibilité entre vie professionnelle et familiale sera déformée, car ces deux domaines risquent de devenir de plus en plus étroitement liés.

 

Les changements mentionnés ci-dessus dans les conditions de l'industrie et du marché du travail entraînent l'écart grandissant entre les pays et entre les régions au sein des pays. Les résultats des enquêtes montrent que les Européens trouvent des problèmes sociaux de la plus haute importance.

 

Huit Européens sur dix croient que le chômage, les inégalités sociales et les migrations constituent un défi majeur pour l'UE ; plus de la moitié des Européens croient que tout le monde n'a pas la possibilité de réussir et de s’épanouir et que la vie des générations futures sera même plus difficile.

 

Afin de mieux répondre aux attentes des citoyens, la Commission européenne a élaboré le pilier européen des droits sociaux qui énonce un certain nombre de principes et de droits essentiels pour soutenir les marchés du travail et les systèmes sociaux équitables et efficaces. Le développement de la dimension sociale européenne est considéré comme faisant partie du document de réflexion sur l'avenir de l'Europe. Le document est divisé en cinq domaines : le développement de la dimension sociale européenne, le développement de l'union économique et monétaire, le confinement de la mondialisation, la future politique européenne de défense et l'avenir des finances européennes.

 

M. Luis Colunga, secrétaire général adjoint de la Confédération syndicale IndustriAll, a partagé ses idées sur l'avenir de l'industrie européenne. La production industrielle est encore 12 % inférieure à la période de pré-récession. Par conséquent, IndustriAll complète l'objectif de l'UE qui consiste à augmenter la part de l'industrie à 20 % et à soutenir la demande interne par tous les moyens possibles, y compris en appliquant les mesures suivantes : arrêter les politiques d'austérité et la déréglementation des marchés du travail, renforcer les systèmes de sécurité sociale, transformer les emplois précaires en contrats stables, l'instauration d'une imposition du revenu plus équitable et une répartition plus égale du revenu, l'augmentation des salaires, le déplacement du poids de l'impôt sur le travail sur le capital et la défense des politiques environnementales, la lutte contre l'évasion/l'évitement des taxes afin de rétablir les finances publiques. M. Colunga a souligné que le plein emploi devrait devenir un objectif stratégique. Des mesures de soutien visant à faciliter la transition vers une économie à faible intensité de carbone sont nécessaires. L'exploration des synergies entre la politique industrielle et les politiques environnementales en développant davantage la boîte à outils pour une politique industrielle durable (réglementations visant à promouvoir l'adoption de biens/services durables, règles, normes, taxes, subventions, technologies durables) devraient être prioritaires sur l’Agenda de l'UE. Ces mesures devraient être étayées par des cadres politiques et des plans d'action larges et à long terme (Union de l'énergie, plans climatiques européens) afin de fournir davantage de mesures de sauvegarde à l'industrie.

 

Une attention particulière à la promotion de l'économie circulaire est nécessaire, dans le but de créer de nouveaux emplois (du « prélever-fabriquer-jeter » à « boucler la boucle », à tous les stades du cycle de vie d'un produit : transformation des déchets en matières premières secondaires, l'écoconception des produits, la réparation, la réutilisation, la re-fabrication avant de jeter). Plus de programmes devraient être disponibles pour promouvoir les innovations en tant que principal moteur de la politique industrielle afin de réinventer les secteurs industriels traditionnels. C'est à la fois le devoir et l'obligation des politiciens de maximiser les avantages sociaux et économiques des TIC.

 

En ce qui concerne la politique industrielle, toutes les parties prenantes devraient comprendre que l'énergie durable, abordable et sécurisée est un facteur-clé. La mise en œuvre de l'Union européenne dans l'énergie a un potentiel de création de 900 000 nouveaux emplois. Le prix de l'énergie doit être compétitif. Des mesures adéquates devraient être mises en place pour développer des technologies d'efficacité énergétique. La dimension sociale de la politique industrielle est de la plus haute importance dans le contexte en question, donc le changement structurel doit être géré de manière socialement acceptable. Cela signifie que la meilleure solution possible devrait être trouvée pour chaque travailleur victime d'une restructuration. En outre, des politiques actives du marché du travail doivent être développées et adoptées pour assurer une transition en douceur d'un emploi à l'autre. Des stratégies régionales de reconversion devraient être disponibles pour les régions qui sont victimes des grands processus de restructuration (y compris des mesures telles que le développement de stratégies de spécialisation intelligentes, la décentralisation des activités économiques, la construction de nouvelles infrastructures, la résolution des lacunes en matière de compétences, la promotion de l'apprentissage tout au long de la vie, etc.).

 

Le libre-échange doit devenir un commerce équitable. Compte tenu du fait que 90% de la croissance mondiale au cours de la prochaine décennie viendra de l'extérieur de l'Europe, il faut un terrain de jeu mondial. Les accords commerciaux doivent créer des conditions égales et devraient porter sur des pratiques commerciales déloyales. Le règlement antidumping de l'UE doit être appliqué.

 

M. Dalius Gedvilas, vice-président de la Confédération lituanienne des industriels, a présenté un exposé sur « L'adaptation des secteurs industriels lituaniens à la numérisation ». La Confédération lituanienne des industriels regroupe trois mille entreprises, cinquante associations sectorielles et sept organisations régionales. Les secteurs industriels représentés par le LCI représentent 64 % du PIB, soit 19 milliards d'euros. Au total, plus de 550 000 personnes sont employées dans ces secteurs industriels. Au cours des cinq dernières années, le nombre de travailleurs/employés dans le secteur industriel a augmenté de 6,5 %. Au cours des dernières années, la part des travailleurs indépendants a également augmenté. Ainsi, au cours des cinq dernières années, le nombre de travailleurs indépendants a augmenté de 25 pour cent. La plupart d'entre eux (environ la moitié du nombre total) sont employés dans le secteur des services, suivis par ceux qui travaillent dans l'agriculture (deuxième place), le secteur de la construction (troisième place) et le secteur industriel (quatrième place).

 

Le nombre de chômeurs en Lituanie diminue. D'autre part, nous voyons de plus en plus d'étrangers prendre des emplois lituaniens, principalement en provenance d’Ukraine et de Biélorussie.

 

Dans la tentative de faire face aux défis actuels, la Confédération lituanienne des industriels a lancé l'initiative de création d'un registre des ressources professionnelles. Le conférencier a illustré ce point en démontrant un registre spécifique des compétences des travailleurs dans le secteur de la construction. Un tel registre offre aux parties prenantes une occasion unique de partager rapidement et facilement les preuves via les canaux numériques (à tout moment et à n'importe quel endroit) que l'individu possède les compétences approuvées.

 

Les personnes employées dans le secteur de la construction reçoivent la fameuse carte constructeur, qui comprend les données confirmant que la personne en question est un constructeur, qu'il est légalement employé, que le chantier où la personne est employée dans le respect des exigences du temps de travail, que l'employeur de ce chantier n’emploie que des personnes qui ont l'autorisation de travailler en tant que constructeurs. La carte contient également des données sur les compétences professionnelles de la personne en question, les détails de sa licence commerciale et la procédure de délivrance de la licence ainsi que la conformité à la procédure d'émission d'outils et de matériel de travail. Le registre et la carte du constructeur sont censés aider à assurer le travail légal sur le chantier.

 

M. Thiébaut Weber, secrétaire confédéral de la CES a parlé des changements dans le monde du travail et des défis pour la représentation des travailleurs. La première et la seconde révolution industrielle ont créé de nouvelles dimensions-clés dans les relations industrielles, y compris les normes du travail, les contrats de travail, les heures de travail fixes, l'émergence de syndicats et bien d'autres choses qui n'existaient pas auparavant.

 

En tant que représentants des syndicats, nous devrions comprendre que le monde du travail continue de changer chaque jour et que nous devrions trouver de nouvelles méthodes pour protéger les personnes qui participent au nouveau monde numérique du travail. Les nouvelles formes d'emploi englobent les travailleurs indépendants, les indépendants, les travailleurs de masse (les travailleurs de plateforme en ligne), etc. Nous devrions tirer parti de l'expérience acquise par nos collègues d'autres pays qui ont déjà connu un tel type d'emploi pour un certain temps et qui ont réussi à protéger ces types de salariés.

 

La deuxième partie de la conférence a été consacrée à discuter des défis liés au travail décent pour tous, y compris les conditions de travail, les salaires, la protection sociale, etc. La session a été animée par Mme Jelena Soms, coordinatrice du projet EZA.

 

La présentation-clé a été faite par la représentante du Royaume-Uni, Mme Kathleen Walker Shaw, agente européenne de GMB, membre du Comité économique et social européen. La conférencière a présenté l'avis du CESE sur la nature changeante des relations de travail. La présentation a été intitulée « Les nouvelles formes d'emploi en Europe. L'impact sur les conditions de travail, les salaires et la protection sociale ».

 

L'avis exploratoire a été élaboré en réponse à la demande du Ministère des affaires sociales et de l'emploi, au nom de la résidence néerlandaise du Conseil et de l'article 304 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (2015), afin de dessiner un avis explicatif sur la nature changeante des relations de travail et son impact sur le maintien d'un salaire décent et à la demande du ministère des Affaires étrangères de la République slovaque, en raison de la prise en charge de la présidence du Conseil en juillet 2016, afin de dessiner un avis explicatif sur l'impact du développement technologique sur le système de sécurité sociale et le droit du travail. Le CESE a examiné les problèmes liés aux nouvelles tendances des relations professionnelles et a rédigé l’évaluation complète de la capacité des systèmes existants de sécurité sociale et du marché du travail à faire face au nouveau développement afin d'éviter de plus grandes inégalités, afin de garantir aux personnes un revenu décent et fiable et la compatibilité entre la vie professionnelle et familiale. Dans son avis explicatif, le CESE souligne l'importance d'évaluer l'impact du développement technologique et des changements dans le secteur industriel sur le marché du travail et les normes du travail, de l'économie, des systèmes d’imposition et de sécurité sociale et des salaires. Il est nécessaire de promouvoir l'innovation et la compétitivité et l'échange de bonnes pratiques afin d'assurer un développement durable et une économie de marché sociale concurrentielle. En outre, le développement de modèles de protection sociale, adaptés aux formes flexibles d'emploi, devrait être considéré comme un problème prioritaire. Cela devrait se refléter dans le pilier européen des droits sociaux.

 

Les recommandations du CESE sont les suivantes : la nature changeante du travail et des relations de travail se développe si rapidement que le développement des relations contractuelles est en retard. Par conséquent, le statut juridique des nouveaux formulaires d'emploi doit être abordé. La directive sur les déclarations écrites doit être revue dans l'espoir d'étendre son champ d'application, y compris les nouvelles formes de relations de travail. Le rôle des inspections du travail doit être renforcé en allouant des ressources adéquates pour leurs activités. Le CESE note que la Commission européenne consulte actuellement la directive sur les déclarations écrites et prévoit que la prise en compte de nouvelles formes de relations de travail sera incluse dans les propositions si la Commission décide de revoir cette législation.

Le développement rapide des plateformes en ligne exerce essentiellement un effet positif sur l'économie, l'emploi et les innovations. Cependant, dans certains cas, leur développement atteint une telle échelle qu'il y a un risque de créer des monopoles et de fausser ainsi le marché et créer des conditions de concurrence inégales.

L'emploi hors site peut également constituer une menace pour la santé et la sécurité des travailleurs, des clients et du grand public.

Afin de protéger les travailleurs, les clients et le public en général, la responsabilité des accidents du travail devrait être clarifiée. À l'heure actuelle, ces questions sont assez vaguement abordées par certaines plateformes en ligne.

Les nouveaux modèles d'emploi, ceux de partage de l'économie parmi eux, ne devraient pas devenir un moyen d'abus, dans la tentative de ne pas payer des salaires décents, d'éviter les obligations fiscales et de sécurité sociale ou de violer le droit du travail et les conditions de travail, en transférant les coûts sur les épaules des  consommateurs et des travailleurs ainsi que pour éviter le respect des règles fixées pour les entreprises non basées sur Internet.

En outre, les droits de la foule et des travailleurs précaires ainsi que de ceux qui travaillent dans des conditions en constante évolution devraient être clarifiés, parmi ceux-ci, les droits qui concernent les heures de travail, la couverture de la négociation collective, la liberté d'association, l'information et le conseil, la reconversion et le renforcement des compétences, les pauses de repos, le droit à la sécurité sociale, le droit à l'assurance et les prestations, le droit de contester une décision injuste de la part de la direction, des notes d'utilisateur et du licenciement de facto illégal ; le droit de refuser l’assiette au beurre proposée à la dernière minute sans craindre de pénalités ; un salaire équitable et le droit à rémunération pour le travail accompli.

 

Mme Kathleen Walker Shaw a également parlé d'Uber. « Uber est une entreprise de transport, affirment les avocats de l'UE ». « La société américaine Uber opère dans le domaine des transports et n'est pas une société d’information », a déclaré un avocat européen de premier plan en conseil à la Cour de justice de l'Union européenne le jeudi 11 mai. Le tribunal a déclaré dans un communiqué de presse que, selon l'un des avocats généralistes de la cour, « le service offert par la plate-forme Uber devait être classé comme « service dans le domaine des transports ».

 

Au cours de la procédure judiciaire, des conditions supplémentaires ont été offertes par Uber à certains conducteurs, tels que le paiement de congés de maladie, etc. Mais en le faisant, Uber a réellement confirmé sa responsabilité en tant qu'employeur. L'affaire Uber nous montre la menace du partage de l'économie. Les gens, qui utilisent des plateformes en ligne, veulent juste économiser quelques euros et ils n'ont pas l'idée qu'en cas d'accident, ils pourraient perdre des centaines d'euros parce qu’Uber n'est pas responsable des accidents.

 

Le professeur Raul Eamets, de l'Université Tartu, expert en macroéconomie, met l'accent sur le marché du travail en Estonie. Selon le professeur, personne ne sait ce que le futur nous réservera. Il est impossible de dire ce qui pourrait arriver dans cinquante, vingt-cinq, dix et même cinq ans. Nous pouvons faire des prévisions, mais nous ne pouvons pas prévoir l'avenir à 100 %.

 

À la fin du deuxième jour, M. Paulius Vertelka, directeur de l’association INFOBALT, a fait une présentation sur le programme spécial destiné à impliquer les étudiantes dans le programme de formation à la TI « Les femmes sont attirées par la technique ». Le programme vise à briser les notions stéréotypées et à promouvoir les professions informatiques chez les femmes. Actuellement, selon les données statistiques, il existe un écart important entre les sexes dans les études informatiques, avec une proportion de 90/10 (hommes/femmes). Nous avons toutes les raisons de croire que le programme en question réduira considérablement l'écart en impliquant plus de femmes et de filles dans les études informatiques.

 

Le thème du dernier jour de la Conférence était « Le nouveau rôle des partenaires sociaux dans le monde du travail en mutation ». La session a été animée par Mme Jovita Pretzsch, secrétaire générale de LTU « Solidarumas ».

 

M. Rimtautas Ramanauskas, vice-président de LTU « Solidarumas », a donné un aperçu de la situation actuelle dans le monde du travail et des défis à relever.

 

Mme Lina Sabaitienė, vice-ministre au Ministère de l'économie de LR a parlé des possibilités futures pour la Lituanie dans ses aspirations à devenir un pays avec une production de haute technologie.

 

Au cours de la discussion avec les participants à la conférence, les mesures suivantes ont été mises en évidence : élaboration et lancement de la réforme du système éducatif ; présentation de l'évaluation des universités/lycées et examen du programme d'études introduit ; benchmarking de l'employabilité des diplômés à la fin de leurs études ; développement des compétences commercialisables pour les futurs professionnels.

 

Le soutien de l'industrie et les innovations de toutes les manières possibles est également identifié comme problème prioritaire.

 

Le dernier intervenant à faire une présentation a été M. Jonas Gricius, représentant l'Inspection nationale du travail sous le Ministère de la sécurité sociale et du travail. M. Gricius a parlé de la collaboration entre les partenaires sociaux, du travail des commissions de conflits du travail et de la possibilité de travailler ensemble de manière plus efficace.

 

La conférence a été clôturée par Mme Jelena Soms, coordinatrice d'EZA. Elle a résumé le message-clé de la conférence. Mme Soms a promis aux participants de les mettre à jour avec des informations sur les progrès réalisés lors de la mise en œuvre du projet.

 

Conclusions :

 

•      Le développement technologique exercetechnologique exerce un impact sur les changements dans l'industrie ; le monde est entré dans la quatrième étape de la révolution industrielle, la fameuse « révolution industrielle 4.0 ». Nous assistons à des changements fondamentaux dans le monde du travail, comme la numérisation, les nouvelles formes d'emploi, un large éventail de contrats de travail, etc. Dans ce contexte, une responsabilité énorme incombe aux politiciens.

 

•       Dans une large mesure, l'avenir de notre société et de notre marché du travail ainsi que la nature de notre politique sociale dépend des décisions des politiciens, de leurs valeurs et de leurs attitudes idéologiques. Les mesures visant à réduire la pauvreté et l'inégalité des revenus. Fournir des opportunités adéquates pour la reconversion et le renforcement des compétences des personnes devraient devenir des questions prioritaires dans l'agenda politique à tous les niveaux de gouvernance.

 

·          Aucun pays européen ne peut utiliser avec succès toutes les opportunités offertes par l'ère numérique. La numérisation de l'industriedépend totalement d'une stratégie industrielle commune développée par l'UE et les États membres de l'UE.

 

·         Les partenaires sociaux devraient accorder plus d'attention aux nouvelles formes d'activités économiques telles que « l’économie circulaire », « le partage de l'économie », « les plateformes en ligne » etc. Il est de la plus haute importance d'assurer une transition aussi fluide que possible vers une nouvelle ère portant sur les défis causés par les transformations drastiques dans le monde du travail. Ces changements pourraient approfondir les disparités économiques existantes entre les pays et même au sein des pays.

 

·         • Les nouvelles formes d'emploi émergent à un rythme tellement rapide que le développement des relations contractuelles ne peut pas maintenir le rythme, donc le statut contractuel juridique des nouvelles formes d'emploi doit être abordé, et au mieux, le plus tôt possible.

 

·         • La directive sur les déclarations écrites doit être revue, dans l'attente que son champ d'application sera étendu pour inclure de nouvelles formes d'emploi.

 

·         • Les inspections du travail devraient assumer leur rôle et compte tenu des ressources et de la formation nécessaires pour remplir ce rôle.

 

·         • Le développement rapide des plates-formes en ligne apporte des défis sans précédent pour le monde du travail. Ainsi, l'emploi hors site peut représenter un risque pour la santé et la sécurité des travailleurs/employés, des clients et du grand public. Afin de protéger les travailleurs/employés, les clients et le public en général, la responsabilité de la sécurité et des accidents au travail doit être établie. Le problème est que ces problèmes sont assez vaguement abordés dans certaines plateformes en ligne.

 

·         • La dimension sociale est extrêmement importante. Dans certains États membres de l'UE, les systèmes de sécurité sociale sont bloqués dans la transition de l'économie planifiée à l'économie de marché. Un autre facteur qui soulève des inquiétudes est le défi du vieillissement de la société et son impact sur l'économie.

 

·         Nos marchés du travail sont confrontés à des défis majeurs. Il n'y a plus de certitude sur les emplois et un grand nombre d'entre eux seront nécessaires à l'avenir. Quels emplois seront déplacés par les technologies ? Quelles compétences et professions commercialisables seront nécessaires ?

 

·         • Encourager tout le monde à acquérir des compétences numériques et à les développer davantage devrait figurer parmi les priorités de l'UE. Pour atteindre cet objectif, la réforme de l'éducation devrait être développée et lancée. La réforme devrait également viser à assurer l'apprentissage tout au long de la vie et la formation des adultes.

 

·         • La situation en Lituanie est encore encombrée par l'absence de système professionnel de reconversion et de renforcement des compétences professionnelles. Cela rend difficile pour les personnes âgées de se réintégrer sur le marché du travail. Pour remédier à la situation, l'attitude envers les personnes âgées devrait être modifiée tout en offrant plus de possibilités à ces personnes afin de faciliter leur participation au marché du travail.

 

·         • La participation à la plate-forme « Industrie 4.0 », créée sous le Ministère de l'économie de la République de Lituanie, devrait être encouragée. En outre, une coopération plus étroite avec l'association « Infobalt » devrait être poursuivie.

 

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn