Impact des innovations technologiques sur le monde du travail et mesures pour assurer un emploi décent dans la société du travail du 21ème siècle

Les 20, 21 et 22 octobre 2017 à Madrid, le CET (Centre espagnol pour les travailleurs) a organisé un groupe de travail sur l’« Impact des innovations technologiques sur le monde du travail et mesures pour assurer un emploi décent dans la société du travail du 21ème siècle ». Il bénéficiait du soutien d’EZA et de l’Union européenne. Ce groupe de travail faisait partie de la coordination de projets sur « Le monde numérique au travail, avancées technologiques et mutations sur le lieu de travail ».

Il avait pour objectif principal l’analyse des impacts positifs et négatifs des processus de numérisation sur les nouveaux emplois.

CONFÉRENCE CADRE

CONFÉRENCIER : Mme MARTA ENCINAS Directrice de l’OCDE (Organisation de coopération et développement économiques). Lors de son intervention, elle a souligné la polarisation de la structure professionnelle dans les emplois hautement qualifiés et peu qualifiés, ainsi qu’entre les emplois atypiques sans limitations et différentes formes d’emplois atypiques. Celle-ci peut entraîner une plus grande polarisation de la structure salariale tant au niveau d’emplois à forte rémunération que mal payés. Dans certains pays, la réduction de la demande de travailleurs de qualification moyenne a renforcé la concurrence pour des emplois de niveau salarial plus faible, ce qui a maintenu des salaires bas dans la moitié inférieure de la distribution des revenus. Dans le même temps, les salaires de la partie supérieure de la distribution ont augmenté en raison de la demande élevée en travailleurs aux capacités de haut niveau. Ces développements pourraient accroître le risque de pauvreté au travail et de persistance des faibles salaires.

Un changement vers des méthodes de production intensives en capital pourrait également entraîner de nouvelles réductions de la part du PIB dans l’emploi et une nouvelle croissance des inégalités. Les mutations de la structure professionnelle peuvent créer des inégalités régionales : en effet, il s’agit de la création de nouveaux emplois dans des villes à forte concentration de travailleurs hautement qualifiés, villes fréquemment différentes de celles qui souffrent de délocalisation ou de perte d’emplois.

Du fait de réunions et des emplois du temps respectifs des conférenciers Ismael Sanz Labrador et Teresa Coelho, l’ordre de leurs interventions est modifié. Leurs interventions sont présentées ci-dessous :

Mme TERESA COELHO Directrice des relations institutionnelles d’AMAZON Espagne. Elle a présenté les axes d’action et de gestion de l’entreprise Amazon au sein du système de mondialisation. Elle a souligné que la sélection de travailleurs chez Amazon suivait des critères établis par l’entreprise dont l’application faisait preuve d'une grande flexibilité. Cette conférence s’est révélée très intéressante, présentant une vision réellement au goût du jour basée sur les innovations des nouvelles technologies dans l’entreprise.

M. ISMAEL SANZ LABRADOR Directeur général de l’innovation et de l’évaluation pour la Communauté de Madrid. Il a évoqué la situation académique des jeunes Espagnols de 16 à 26 ans, et la relation formation-emploi face à l’utilisation massive de la numérisation dans les emplois qui apparaissent. Sans formation en nouvelles technologies et en langues, les jeunes auront beaucoup de mal à accéder à un emploi de qualité. Il a analysé la situation de l’éducation/formation par le biais de stages en entreprises, dans l’optique de parvenir à une transition équilibrée entre la formation et le travail.

CONFÉRENCES DES GROUPES SYNDICAUX

Deux groupes de travail ont eu lieu : le premier lors de la dernière session du vendredi après-midi, et le second lors de la première session du samedi matin.

JOSE LUIS FERNANDEZ SANTILLANA Union syndicale des travailleurs (Unión Sindical Obrera, USO) Espagne, SILVIU TRAIAN ISPAS IFES Roumanie, JELENA SOMS Vice-présidente de LDF Lituanie et FERNANDO MOURA de FTDESTRA Portugal. Dans un exposé magistral, ils ont expliqué comment appliquer la numérisation à la formation continue des employés dans les entreprises. D’autre part, ils ont analysé les conséquences de la numérisation et des nouvelles technologies au vu de la réduction et des mutations des emplois.

CONFÉRENCES DE SOUTIEN AUX JEUNES

M. ALVARO DE LA TORRE GIL Professeur de l’Université de Francisco de Vitoria. En tant que formateur pour jeunes en recherche d’emploi, il encourageait les jeunes diplômés à réaliser des formations en techniques numériques, en travail en équipe, en langues étrangères, en design et présentation de rapports et projets, et ainsi de suite, tout au long de leur vie professionnelle.

M. JAVIER MORILLAS GÓMEZ Professeur d’université en Économie Appliquée à l’Université San Pablo CEU. Il a présenté de jeunes membres du CET, sur le point de terminer leurs études universitaires ou leur formation professionnelle supérieure. Ceux-ci ont expliqué les raisons de leur choix de carrière et les difficultés qu'ils allaient rencontrer pour trouver un emploi décent et en lien avec leur spécialité à l’ère de la mondialisation et de la numérisation. Le professeur Morilla les a encouragés à poursuivre leur formation de façon continue, les carrières universitaires n’étant que le premier barreau de l’échelle.

 

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn