Former à une vie professionnelle à succès : échanger les bonnes pratiques

Du 3 au 5 novembre 2017, un séminaire portant sur « Former à une vie professionnelle à succès : échanger les bonnes pratiques » a eu lieu à Amarante, au Portugal, organisé par FIDESTRA (Associação para a Formação, Investigação e Desenvolvimento Social dos Trabalhadores, avec l’aide financière d’EZA et de l'Union européenne.

Soixante-quatre représentants des organisations de travailleurs de cinq pays européens ont participé au séminaire, ainsi que quatorze étudiants en formation professionnelle qui avaient été tout à fait spécialement invités par FIDESTRA à s’exprimer compte tenu de leurs attentes et leurs expériences et à s’échanger à cet égard.

Le séminaire poursuivait les objectifs suivants :

Apprendre à connaître les attentes que les chefs d’entreprise ont en tant qu'employeurs en ce qui concerne la formation professionnelle, qui est offerte dans les différents parcours scolaires.

Évaluer si les jeunes ayant une formation professionnelle possèdent les compétences professionnelles qui facilitent leur intégration sur le marché du travail.

Déterminer si le niveau d'intégration sur le marché du travail est plus élevé si l'adaptation de la formation professionnelle aux conditions et aux besoins réels du marché du travail est plus élevée.

S’informer des situations et se faire une idée de la situation actuelle en ce qui concerne les cas, où le taux d‘employabilité a augmenté si un lien particulièrement intensif existait avec les entreprises pour que celles-ci trouvent des réponses appropriées en matière de formation conformément à leurs besoins pour la formation et la qualification professionnelles, qu’il s’agisse de demandeurs d’emploi jeunes ou adultes.

Présenter des cours/cours professionnels qui forment au travail, à travers une mise en réseau étroite des ressources données et des besoins du marché du travail, tant au niveau national, régional et local.

Évaluer les capacités dont disposent les systèmes de formation pour qu’ils s’adaptent à l'évolution rapide du marché du travail, et évaluer les capacités de fournir en temps opportun, des réponses aux besoins de ce marché travail.

Pour atteindre les objectifs fixés, FIDESTRA a enrichi le séminaire actuel d’une visite des thermes/une ville thermale où certains travailleurs ont terminé leur parcours scolaire dans le cadre de l'enseignement professionnel, et conçu avec quatre panneaux de salle, selon les points de programme mentionnés ci-dessous :

Former pour la profession dans le contexte de la compétitivité économique Présentation des expériences nationales par les organsinions présentes

Portugal – CIFOTIE; LOC; CFTL; FIDESTRA

Espagne – CEAT; USO – CCFAS

ITALIE – Feder-Agri

Pologne – NSZZ Solidarnosc

Roumanie – Cartel Alfa

Europe – IPCM (Plateforme internationale pour la coopération et la migration)

Les conférenciers ont présenté diverses raisons de l'importance de la formation professionnelle, qui est la matrice/sont les points centraux de leurs organisations. Bien que les conférenciers viennent de différents pays et aient vécu différentes expériences, le souci de présenter leurs points-clés montre des processus affichant des caractéristiques communes en ce qui concerne l'orientation professionnelle sur les nouveaux défis entrepreneuriaux, particulièrement du point de vue de la concurrence économique, journalière de plus en plus forte qui se reflète dans la restriction croissante des familles. Les organisations ont soulevé des questions alarmantes sur la flexibilité et la disponibilité et les responsabilités sociales et familiales exigées par les organisations d'employeurs envers les travailleurs, souvent aux dépens d’une vie familiale sacrifiée, prenant des proportions telles que l’on n’a plus de temps pour le dialogue et pour l’expansion de la famille qui est importante pour les générations futures.

La formation professionnelle et la réorientation professionnelle, un outil essentiel et une réponse efficace aux défis structurels du marché du travail

Exemple d’un élève de l’enseignement professionnel

Exemple d’un travailleur ayant suivi une formation professionnelle

Exemple d’une association – FIDESTRA

L'importance de la formation professionnelle dans la vie de ceux qui travaillent actuellement et de ceux qui exerceront une activité rémunérée à l'avenir a été soulignée à travers l'exemple d'une élève et d'un ancien élève de la FEP qui nous a accueillis. Avec vingt-six ans d'expérience, cette école a déjà formé des centaines d'élèves qui travaillent maintenant dans une variété de professions liées aux cours qu'ils ont suivis, certains directement et d'autres indirectement ou de manière complémentaire, avec un emploi rémunéré. Comme chacun le sait, tous ces élèves ont vécu leur expérience au fil des ans grâce à la surveillance continue de leur cursus et de leur carrière future. L'exemple éloquent, clair et motivant de l'élève avec un diplôme d’études secondaires prouve que le choix de ce système d'enseignement comprend une sélection préalable, une vocation, dans le but de poursuivre la formation à un niveau supérieur, mais toujours sous la garantie que cela assure la spécialisation dans une certaine profession. Il permet aux personnes concernées de poursuivre une certaine activité professionnelle tout en continuant leur formation, comme cela s'applique d'ailleurs au conférencier suivant qui a parlé de son expérience de fréquentation de l'école professionnelle et qui est maintenant inscrit au programme de Master à l'Université parce qu'il a décidé de poursuivre ses études et parce qu'il a aussi la possibilité d'exercer sa profession d’expert en gestion.

 

Exemples de jeunes qui savent qu'ils doivent avoir des qualifications adéquates, uniquement créées par une formation continue et qu'ils ont besoin d'acquérir les outils qui assurent leur emploi.

Si vous dites que vous ne comprenez pas les changements qui vous sont imposés par la société, ni la nécessité de s’armer à cet égard des compétences nécessaires pour prendre activement part au changement, alors vous êtes à côté du problème, avec le dos tourné vers l'avenir.

L'importance de la formation professionnelle continue et de la valeur ajoutée du travail

Rui Mendes – sociologue – président FTDC Évora

Susana Freitas – architecte et cheffe d‘entreprise

Jozef Mozolewski – vice-président d‘EZA

Les différentes opinions sur l'importance de la formation professionnelle continue en termes de valeur ajoutée du travail ont laissé des traces communes dans les différents systèmes éducatifs. Les réformes sont souvent mises en œuvre, mais seulement en partie, étant donné que l'on pense à différentes couches et non au problème global, et donc les problèmes sont traités de manière horizontale et verticale. Il existe plusieurs similitudes entre certains pays, le cas de la Pologne et le Portugal, par exemple, et donc un échange constant de connaissances entre eux et le reste de l'UE doit avoir lieu. Les pouvoirs doivent être fusionnés, en ce qui concerne les particularités de chaque cas, mais en même temps, à cet égard, ils doivent être traités de manière égale, du fait qu'ils créent les mêmes problèmes dans des endroits différents.

Ce siècle a apporté avec lui un certain nombre d'approches concernant les relations de travail entre les différents acteurs. S'il y a, d'une part, les pays à la recherche d'un modèle qui réponde mieux à leurs objectifs, il y en a cependant d'autres qui sont bien moins avancés en ce qui concerne leurs droits et leurs devoirs.

Les travailleurs ont travaillé manifestement plus longtemps, mais en contrepartie, ils n’ont pas obtenu de plus forte position contractuelle, de statut juridique ou de sécurité pour l’avenir. Alors qu’au cours des deux dernières décennies, une même profession pour toute la vie a été une illusion, le temporaire, la précarité et le changement sont de plus en plus fréquents. Le marché a changé, il est de plus en plus soumis à des changements structurels en termes d'offre et de forte demande.

Les nouveaux modèles de relations de travail sont une réalité actuelle et consolidée. On recherche des paradigmes différents et instrumentaux qui devraient avoir le même effet. On recherche l'équilibre social qui permettra au travailleur de conserver son rôle important, qu'il soit employeur/entrepreneur ou salarié.

La composante paradigmatique et idéologique reste fondamentalement important de définir la manière de s’engager dans des chemins nouveaux en proposant des modèles pour avoir des réponses à l'ère de la mondialisation qui produit de nouvelles notions, en particulier en ce qui concerne la numérisation progressive des moyens de travail.

Josef Mozolewski a exprimé, entre autres, cette préoccupation au sujet des différences entre les marchés du travail des différents pays; les contributions des différents acteurs, l'information et la sensibilisation des employés qui modèrent l'expansionnisme libéral, la nécessité de compromis en réponse aux défis sociaux de l'ère numérique mondiale.

Croissance économique/exigences professionnelles : équilibre entre les connaissances acquises et les connaissances nécessaires au nouveau monde du travail

Alda Barbosa – directrice de l’Agence pour l‘emploi d‘Amarante

Pedro Ferreira da Cunha – président de l‘Association des entrepreneurs d‘Amarante

Alírio Costa – Secrétaire principal/CIM (Comunidade Intermunicipal - Communauté entre Communautés) Tâmega e Sousat.

En ce qui concerne la croissance économique/les exigences professionnelles : l'équilibre entre les connaissances acquises et le savoir nécessaire pour le nouveau monde du travail a été caractérisé par des opinions différentes, mais il avait une ligne directrice commune, l'importance de la formation sectorielle spécialisée, comme moyen révélant le potentiel de l'économie et comme valeur ajoutée pour les différents domaines de l'employabilité.

La formation des jeunes et des adultes, des travailleurs avec ou sans emploi, tous ont leur place dans le monde du travail et contribuent tous au bien commun.

Il faut essayer de minimiser l'écart qui existe souvent entre les systèmes pédagogiques, l'éducation et la formation qui est importante pour le monde du travail. Les différentes entités doivent s'asseoir autour d’une table pour clarifier les nécessités de l'offre afin de mieux prévoir les exigences du marché du travail à moyen et long terme.

Comme on le dit ici d'une manière plus générale sur ce dernier groupe, nous sommes obligés de voir la nécessité d'une clarification des termes des nouvelles normes et des nouveaux modèles en ce qui concerne le comportement, de regarder l'avenir de manière critique, audacieuse et novatrice, tel qu’il est et comme nous le pensons, et comment il est momentanément.

Les changements obligatoires dans l'organisation et la gestion de l'entreprise ainsi que les changements professionnels nous montrent un profil de salarié qui se distingue clairement de celui que nous connaissions dans le passé. L'adaptabilité de chaque individu, l’ouverture de nouvelles opportunités, la capacité de se repenser, sont des formes qui sont, dans tous les cas, toujours présentes et qui répondent aux nouveaux paradigmes du marché du travail. Les nouvelles professions s’ajoutent à cette série de changements, tandis que, simultanément, les professions qui étaient importantes ont simplement disparu.

Tous ces facteurs comptent dans le contexte de croissance économique durable qui est inextricablement liée aux connaissances, aux compétences, à l'évaluation de la valeur, à l'éducation et à la formation.

Le bonheur au travail est un facteur de plus en plus important pour déterminer si l'économie continue de croître de façon durable. Les ressources humaines doivent toujours être motivées et dans ce monde d'incertitude, les travailleurs doivent compter sur l'avenir et sentir la sécurité quand ils pensent à celles-ci.

Le travail doit être un moyen d'épanouissement individuel et social, et étant donné que nous ne sommes pas tous égaux, chacun doit trouver la façon de se motiver et d’obtenir sa récompense, à savoir s’il se sent épanoui.

Il n'y a pas de formules, il n'y a pas de meilleurs moyens, il y a des processus de mesure de la valeur et des processus d’approfondissement et de consolidation du savoir.

Le travail doit être un facteur d'intégration sociale, un facteur d’épanouissement et un moyen de parvenir à la prospérité et la satisfaction personnelle et sociale.

L'enseignement professionnel et les avantages de l'insertion professionnelle. Un exemple de réussite : visite de thermes/d’une ville thermale.

João Cardoso – EPALC (École d’enseignement professionnel Amarante) – Portugal

Au cours de ce séminaire international, nous avons voulu en savoir plus sur les réformes mises en œuvre dans les systèmes pédagogiques.

On a tenté sur place d’apprendre à connaître le marché du travail, grâce à des visites à certaines entreprises, en créant des partenariats avec les écoles pour soutenir la formation professionnelle, et ceux qui embauchent maintenant ces jeunes comme salariés.

La visite de ces thermes a atteint cet objectif.

Nous savons que dans toute l’Europe, un déséquilibre existe entre les qualifications fournies par les systèmes pédagogiques et la formation et les compétences requises par le marché du travail.

Mais nous savons aussi qu'il est possible de surmonter ce manque de congruence si le système pédagogique/de formation est conforme aux exigences du marché et si les programmes de formation/les curricula sont rédigés par l'école elle-même, mais cela en tenant compte du profil professionnel, dont les entreprises/le marché du travail ont/a besoin.

La congruence souhaitée entre les besoins pédagogiques et le marché du travail est essentiel pour former des travailleurs compétents, les travailleurs dont le marché du travail a besoin, et donc nous pouvons en conséquence enregistrer une baisse du taux de chômage, chez les jeunes et en général.

La visite de ce centre de formation professionnelle nous permet de voir cette situation confirmée.

Alors que le co-président de EZA, Piergiorgio Sciacqua, a parlé du travail décent au cours de la séance d'ouverture, de la nécessité de développer un modèle commun pouvant être utile aux différents acteurs de la problématique du travail, aux salariés, aux employeurs et aux décideurs politiques, et qu’il a également parlé de l'obligation d'élaborer un plan de formation et d'éducation pour l'échange et le partage des connaissances, dans le but de créer des outils plus appropriés, et aussi des diverses professions, de la participation des travailleurs à l’économie et cela est aussi dans tous les autres domaines sociétaux, notamment en réclamant la nécessité d'une plus grande démocratie dans les entreprises et les institutions, il a également souligné la prise de conscience que nous étions sur la voie de la transition, un processus constant de changement d’habitudes et de paradigmes et cela au niveau mondial, le président de FIDESTRA, Fernando Moura e Silva, a souligné lors de la séance de clôture :

« Je n'ai pas de solutions à proposer, je ne peux que contribuer. Mais je sais une chose ; celui qui a de meilleures compétences et une meilleure formation, est mieux armé pour faire face aux nombreuses adversités que la mondialisation et les nouvelles technologies apporteront sur les marchés à l’avenir ».

Il a encore évoqué la réflexion suivante qu'il a nommée comme conflit Penta dans un avenir proche :

Mondialisation / Compétitivité - nouvelles technologies

Exclusion et formation

Richesse/revenu/développement durable de l'État providence

Mobilité géographique et fondamentalisme terroriste

Famille et pauvreté

En résumé

Le séminaire voulait être un lieu d'échange de bonnes pratiques dans le domaine de « formation pour la profession » et contribuer à la consolidation de la formation professionnelle au niveau européen, sciemment adaptée aux réalités et aux exigences du marché du travail en Europe, notamment en ce qui concerne marché du travail en tant que moyen de lutter contre le chômage des jeunes.

La réalité statistique nous dit que :

dans toute l’Europe, les jeunes adultes sont les personnes les plus qualifiées par rapport aux générations précédentes, bien que sous cet angle, ils rencontrent eux-mêmes de grandes difficultés en rapport avec leur profession.

_ Un quart des jeunes sont au chômage dans l'Union européenne.

_ En onze ans, ces vingt dernières années, le chômage des jeunes était supérieur ou égal à 20 %.

Compte tenu de ces faits, il est nécessaire de promouvoir activement des politiques d’emploi visant à lutter contre le chômage des jeunes et d'encourager l'échange d'expériences réussies dans le domaine de la formation en alternance et de la formation professionnelle dans les différents pays d’Europe pour pouvoir chiffrer l'intégration des jeunes sur le marché du travail, qui est le résultat de cette formation professionnelle.

L'échange de bonnes pratiques déjà mises en œuvre, grâce à laquelle nous connaissons donc la vie professionnelle et la vie des entreprises avec de jeunes salariés issus de l'enseignement professionnel, occupe une place centrale au sein des organisations du réseau d’EZA, car, en organisant de tels séminaires, on obtient ainsi l'effet multiplicateur de l'information.

En guise de conclusion, cette exigence importante devrait être mentionnée :

_établir une relation particulièrement intense avec les entreprises pour trouver les réponses à leurs besoins en matière de formation et pour les former et les qualifier pour la profession, dans le domaine des demandeurs d'emploi adolescents et adultes.

Une demande à laquelle FIDESTRA se conforme en continuant de travailler sur ce problème, sachant que

la formation pour une vie professionnelle réussie est l'un des plus grands défis auxquels sont confrontées les organisations de travailleurs d'aujourd'hui.

Car la meilleure protection sociale et de l'emploi que l’on puisse offrir à un salarié, est de se battre pour cela et de contribuer à faire en sorte que l'acquisition des outils, qui permettent au travailleur de maîtriser les difficultés du chômage, puisse avoir lieu.

Ce sont ici des outils qui peuvent être acquis grâce à une formation appropriée ou compte tenu des exigences du marché du travail.

 

Programme de formation d'EZA 2019

Campagne « Lieux de travail sains : gérer les substances dangereuses »

Journée 2019 des comités d’entreprise allemands à Bonn